Si nous vivions en 1913, nous sentirions très probablement mauvais car les usages de propreté étaient très différents des nôtres.

En 1913, l'hygiène était facilitée dans les établissements publics : les hôpitaux, les pensionnats, les casernes, les prisons...
En 1913, l'hygiène était facilitée dans les établissements publics : les hôpitaux, les pensionnats, les casernes, les prisons... © Getty / ullstein bild Dtl.

Pour une raison, c'est que l'eau était rare. L'eau courante était inconnue à la campagne. On allait chercher l'eau à la fontaine pour la boisson, pour la vaisselle, pour les nettoyages, pour la toilette...

L'eau courante est arrivée en villes et dans les logements bourgeois en priorité. La plupart des immeubles n'avaient pas l'eau et les habitants allaient la chercher aux puits ou aux fontaines municipales. Les wc embaumaient les cours d'immeubles ou les cages d'escaliers...

Puisque l'eau est rare on se lave peu, et en priorité les zones qui se voient : le visage et les mains. Pour se laver entièrement il faut aller aux bains publics, mais seulement pour les grandes occasions (trois ou quatre fois dans une vie). Quant à l'usage de la brosse à dent, il est pratiquement inconnu.

L'équipe
(Ré)écouter Si nous vivions en 1913
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.