Depuis quelques années, le Festival OFF d'Avignon a entamé sa mue écologique. Une question se pose aux organisateurs à présent, faut-il continuer à autoriser les compagnies à afficher comme elles font à chaque édition ?

Photographie du 73ème festival d'Avignon avec des affiches pour des pièces
Photographie du 73ème festival d'Avignon avec des affiches pour des pièces © AFP / GERARD JULIEN

Tout le monde se met à l’écologie et la culture n’est pas en reste. Je ne sais pas si vous êtes déjà allé au Festival d’Avignon, mais il s’agit d’une ville entière qui devient une scène de théâtre. Chaque espace disponible est transformé en salle de spectacle, la Cité des papes vit au rythme des représentations, impossible de boire un café sans discuter avec 3 ou 4 compagnies qui jouent des extraits de leur spectacle dans la rue, c’est un très gros bouillon de culture et de spectacle vivant qui attire chaque année beaucoup de monde. On distingue d’ailleurs le IN et le OFF ou pour être tout à fait précis, il y a le Festival d’Avignon et le Festival OFF d’Avignon

Focus sur le Festival OFF

J’ai vécu 35 ans à Avignon, j’y suis né et si je devais garder un souvenir du Festival, ce sont probablement les affiches. C’est assez impressionnant parce que l’interdiction de l’affichage sauvage est suspendue pendant la durée du Festival et c’est le sport quotidien des compagnies : afficher, ou plutôt essayer de trouver un endroit où afficher. Pour avoir eu l’occasion de m’y coller plus jeune, c’est sans limite : grilles de maisons, mobilier urbain, balcons, …tout y passe pour essayer de se faire remarquer et d’attirer le public.

Avec son lot de papier, et de colle, mais pas que...

C’est vrai, mais aussi de l’énergie avec des salles éclairées et climatisées, des bouteilles d’eau, des véhicules… Le tout à multiplier par 1 600 (le nombre de compagnies) mais aussi 200 (le nombre de théâtres)… S’il n’y a pas d’étude d’impact, l’association qui gère le Festival OFF a identifié l’enjeu écologique et elle compte en faire un marqueur à court, moyen et long terme, quitte à bousculer les habitudes. 

J’ai contacté la municipalité qui m’a d’ailleurs rappelé qu’il existe depuis 3 ans une charte éco-festival validée par le OFF, le IN, la fédération des commerçants, l’agglo et la ville autour de principes de développement durable

Les affiches dans le viseur

Pas de tabou donc à ce sujet, pas de cadre contraignant non plus… Sur la question des affiches, il serait question notamment d’imaginer des emplacements dédiés à l’affichage, cela permettrait au passage de remettre les compagnies sur un pied d’égalité en évitant des disproportions de moyens entre les unes et les autres, mais aussi d’éviter environ 50 tonnes de papier et de colle…

Mais la question se pose : est-ce qu’on ne risque pas de casser un peu le folklore du plus grand festival de théâtre du monde ?

Alors, ce n’est pas fait, il faudra que la prochaine équipe municipale valide la proposition, mais des discussions jugées positives par le Festival Off seraient en cours, ce que m’a confirmé un membre de la majorité actuelle, les prochaines élections municipales feront le reste.

► Pour retrouver la version longue de l’interview de Pierre Beyfette, Président du Festival OFF, c'est sur ID (l'Info Durable)

► Vous connaissez une initiative qui peut participer à la transition écologique ? Contactez Valère Corréard ici.

Programmation musicale
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.