Tous les samedis, Valère Corréard vous propose dans le "Social lab" un état des lieux des initiatives qui vont peut-être changer le monde et votre quotidien. Cette semaine, on vous propose de devenir "ageekculteur" avec monpotager.com, dans le Social lab également une appli pour manger moins cher et lutter contre le gaspillage et des lampadaires solaires "made in France".

Glissez vous dans la peau d’un agriculteur grâce à un site Internet

monpotager.com
monpotager.com © Monpotager.com

Monpotager.com , est une plateforme qui permet aux citadins de se glisser dans la peau d’un agriculteur pour semer, cultiver et déguster des fruits et légumes de saison produitsprès de chez eux..Vous louez via le site une parcelle de terre 15 à 100 euros par mois pour 15 à 150 m2 , vous choisissez les fruits et légumes que vous souhaitez cultiver et vous voilà « ageekculteur » ! Et tout n’est pas virtuel : monpotager.com vous met en relation avec un agriculteur en chair et en os qui va vous permettre de suivre l’évolution de la récolte jusqu’à sa livraison en point relais..

Manger moins cher et éviter de gaspiller (c’est possible !)

Et ce n’est pas du luxe, en France, 9 millions de tonnes de nourritures sont jetées chaque année. Un gros gaspillage donc et une perte à gagner considérable pour les professionnels. L’application Optimiam propose de vendre moins cher plutôt que de jeter grâce à un service qui vous permet d’acheter sushis, croissants ou sandwiches à prix cassés, juste à temps, avant d’être jetés. Ces aliments sont bien sûr toujours bons mais avec une durée de conservation réduite ils ne tiendront pas jusqu’au lendemain. L’application a un système de géolocalisation des commerçants partenaires autour de vous qui mettent leur inventaire et leurs prix à jour..Il ne vous reste plus qu’à choisir.

Des lampadaires solaires « made in France »

C’est une entreprise basée à Roquefort dans le Lot et Garonne qui a créé SmartLight , une nouvelle génération de lampadaires alimentés par des panneaux photovoltaïques. Les batteries sont chargées le jour et font fonctionner des leds basse consommation la nuit en totale autonomie. Et en période de disette financière c’est un investissement qui peut être gagnant pour une commune parce que si un lampadaire solaire coute plus cher qu’un classique (2000 euros contre 1500 euros en moyenne), il ne coûte plus rien en électricité derrière.

Vous êtes témoin d'une initiative qui pourrait changer (un peu) le monde? Envoyez-nous un mail à valere.correard@radiofrance.

Les liens

monpotager.com

Optimiam

Smartlights

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.