Saviez-vous que les œufs que nous mangeons viennent dans la très grande majorité des cas de jeunes poules ? Car il y a un principe auquel on ne déroge pas : passé 18 mois une poule est moins féconde et elle ne résiste pas aux impératifs de productivité. Une société propose une alternative.

Poule
Poule © AFP / Regis Cavignaux / Biosphoto

Cela vaut qu’elles soient élevées en plein air ou dans les conditions de l’agriculture bio, direction l’abattoir. Pourtant une poule de 18 mois n’est pas vraiment à la fin de sa vie qui peut durer… 10 ans !

Le projet de loi sur l’alimentation : une éclaircie ?

Pas vraiment pour dire les choses, le texte manque clairement d’ambitions. 

Le candidat Macron avait pris l’engagement d’interdire la vente d’œufs de poules élevées en batterie d’ici à 2022… ça c’était la promesse. Dans les faits, à ce stade des discussions, ce sera juste l’interdiction de la création de nouvelles installations, donc rien ne bouge.

Et dans le même registre, le broyage des poussins mâle sera toujours autorisé.

Les consommateurs ont peut-être un rôle à jouer

D’abord en privilégiant l’achat d’œufs bio ou en direct producteur lorsque vous connaissez les bonnes pratiques de l’éleveur.

Ou alors, vous pouvez aussi acheter des œufs qui ne tuent pas les poules… La marque s’appelle « Poulehouse », elle vend des œufs bio pondus par des poules qui peuvent avoir plus de 18 mois. D’après la société, le goût est exactement le même tout comme les qualités nutritionnelles, la seule chose qui peut changer c’est la fragilité de la coquille.

Vous pourrez trouver ces œufs chez Biocoop, Naturalia, Franprix et bientôt Carrefour.

Le prix à payer

On est autour d’un euro l’œuf bio… 6 euros la boîte de 6 donc, c’est un peu plus du double du prix moyen. Mais forcément tout s’explique pour Fabien Sauleman, co-fondateur de « Poulehouse ».

Il faut pouvoir financièrement, vouloir aussi en s’inscrivant dans une démarche affirmée de protection de la condition animale…

Sinon, à ce jour, plus de 500 000 œufs ont déjà été vendus en huit mois.

Notez enfin qu’une campagne de financement participatif est en cours actuellement, si vous voulez soutenir la jeune société, elle fait une levée de fonds en prêt avec intérêt (et donc un risque de perte en capital)…pour en savoir plus allez sur poulehouse.fr 

Chronique réalisée en partenariat avec ID, L'info durable #TousActeurs

Pour retrouver l’interview grand format de Fabien Sauleman, co-fondateur de "Poulehouse", c'est par .

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.