Il y a deux semaines, l’agence de la transition écologique (ADEME) a publié son rapport « Modecom », on y apprend qu’en 2017 la quantité totale de déchets ménagers et assimilés en France est passé de 36,7 millions de tonnes à 37,6, soit une hausse de 2,4%...

Trier, compacter et réduire ses déchets
Trier, compacter et réduire ses déchets © Getty

C’est la 3ème fois en 30 ans qu’une enquête fait le point sur nos déchets, qui deviennent un marqueur de nos excès de consommation d’ailleurs.

En fait, dans les déchets ménagers et assimilés il y a nos déchets de la maison, mais aussi ceux des commerces et les apports en déchetterie. Ce qui reste une photo bien sûr et là ça monte. Par contre si on regarde sur nos déchets individuels on observe un léger tassement de 2% : on est passé de 592 kilos par an et par personne à 580 kilos.

Et côté tri, le rapport pointe le fait qu’on s’améliore, bonne nouvelle, même si 80 % des déchets qui partent dans la poubelle du « tout venant » pourraient en réalité être recyclés.

Bien souvent, le "tout venant" pourrait être évité

Dans certains cas c’est aussi simple que cela, d’ailleurs l’extension des règles de tri dans de plus en plus de villes va faciliter cela (même si cela peut être un piège, car on a l’impression de ne plus vraiment produire de déchets alors qu’une partie ne devrait pas y aller et que recycler n’est pas neutre : on parle de ressources naturelles pour produire le déchet, puis de tout un processus qui demande des transports, de l’énergie et de l’eau !).

Et puis, il y a certains déchets qui n’en sont pas : tout ce qui est restes alimentaires par exemple : on appelle cela des bio déchets, des déchets organiques ou putrescibles. Avec une solution de compost en appartement, bas d’immeuble ou jardin, on va réduire sa poubelle de 30% ! C’est énorme bien sûr et en plus cette matière finale qu’est le compost va faire un excellent engrais pour son potager ou ses fleurs du balcon.

Ces objets dont on ne sait pas toujours que faire

C’est une réalité : quand on n’a pas une déchetterie près de chez soi, cela peut ressembler à un parcours du combattant : les piles ici, les ampoules là, les habits là-bas, la peinture par ici…

Mais pour certains objets, il ne faut pas lâcher et aller au bout du recyclage, par exemple avec un téléphone…

Voilà, donc en résumé : on répare, on réutilise, on réduit, et au pire on trie ! 

► Retrouvez la version longue de l’interview de Florence Clément, coordinatrice de l’information auprès du grand public et des jeunes à l’ADEME

► Vous connaissez une initiative qui peut participer à la transition écologique ? Contactez Valère Corréard.