A chaque don du sang, en France, sa dose de plastique. Mais alors que l'urgence écologique concerne tout le monde, l'établissement français du sang n'a pas l'intention de se contenter de l'aspect pratique de la bouteille d'eau en plastique qu'il s'est engagé à supprimer de ses pratiques d'ici la fin de l'année.

Tout le plastique que nous consommons arrive, à un moment ou à un autre, dans les océans.
Tout le plastique que nous consommons arrive, à un moment ou à un autre, dans les océans. © Getty / eleonora galli

Avec une expérimentation qui commence à Rennes mais qui correspond à une ambition nationale de l’Etablissement français du sang (EFS) : supprimer les bouteilles en plastique sur l’ensemble des collectes de sang. Et depuis le 1er janvier de cette année, sur les sites fixes et les maisons du don de Bretagne (40% de la collecte), c’est chose faite.

Les donneurs se verront toujours proposer de l’eau 

C’est une obligation en effet, l’EFS doit veiller à la bonne hydratation des donneurs. En pratique, cela implique que le donneur boive avant le don mais aussi après. C’était tout l’intérêt de la bouteille en plastique : elle est pratique d’utilisation pour les professionnels qui encadrent le don, et elle permet d’identifier une quantité précise…en l’occurrence ici 500 ml.

Du coup, ce passage du plastique jetable à des contenants réutilisables a demandé de trouver une alternative. Le premier choix s’est porté sur du plastique recyclable et réutilisable.

La barre haute

Les professionnels et les donneurs interrogés n’étaient pas satisfaits car il s’agissait encore de plastique…

Ce sont donc des contenants en verre qui ont été retenus pour la première phase de généralisation en Bretagne.

A l’heure où on parle beaucoup de la transition pour les particuliers, le gouvernement ou les entreprises, il est intéressant de rappeler que changer n’est pas toujours aussi simple qu’on le croit. On peut se dire : 'Facile, on remplace les bouteilles par d’autres'. C’est en réalité un peu plus compliqué que ça. Et là on ne parle pas encore des unités mobiles de collecte qu’il va falloir équiper d’ici la fin de l’année.

3 à 5 millions de bouteilles concernées

Il y a trois millions de dons en France chaque année, et à chaque don c’est une à deux bouteilles… donc entre trois et cinq millions de bouteilles en plastique à l’échelle nationale (300 000 en Bretagne).

Et même si le sang, c’est la vie, et que la fin justifie les moyens, osons se demander si la suppression des bouteilles d’eau n’est pas un petit faire-valoir pour l’EFS… ? Il reste les véhicules, les poches en plastique, les emballages de ces poches…Pour Bruno Danic, directeur de l'EFS de Bretagne, c'est un premier pas vers une transition généralisée.

► Pour retrouver la version longue de l’interview de Bruno Danic, directeur de l'EFS de Bretagne, c'est sur linfodurable.fr 

► Vous connaissez une initiative qui peut participer à la transition écologique ? Contactez Valère Corréard ici.

Programmation musicale
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.