La carte cadeau est largement répandue pendant les fêtes mais elle fait souvent l'impasse sur l'éthique. Cela dit, les choses pourraient changer. Explications.

Des cartes cadeaux électroniques pour faire plaisir, tout en étant éco-responsable
Des cartes cadeaux électroniques pour faire plaisir, tout en étant éco-responsable © Getty

Pratique la « carte cadeau » pour faire plaisir, d’abord on ne prend pas trop de risques, on laisse à son destinataire la liberté de choisir, et puis en période de confinement, cela permet de passer par Internet alors que les magasins de proximité sont fermés et que les grandes surfaces doivent désormais s’en tenir à l’essentiel.

Mais si on veut acheter responsable, ça se corse. Car bien souvent les cartes cadeaux permettent de faire ses achats auprès d’enseignes qui importent beaucoup, et qui ne sont pas très attachées aux conditions sociales et environnementales de production de leurs produits…en tout cas ce n’est pas leur 1ère préoccupation.

Mais bonne nouvelle, des alternatives commencent à émerger..et ça peut faire la différence, puisqu’on parle d’un marché de 5 milliards d’euros.

Des cartes cadeaux « éthiques » sont désormais commercialisées

J’en avais parlé à ce micro l’année dernière, il y a la carte Ethi’kdo par exemple, ou plutôt la "e-carte" puisqu’elle est envoyée par Internet pour un montant compris entre 20 et 250 euros. Derrière cette carte, une coopérative qui rassemble des entreprises engagées : zéro déchet, mode éthique, jouets reconditionnés, au total près de 2 millions de produits éco-responsables.

Une autre carte existe, « la carte française », ici le point d’entrée est le « made in France », elle peut être dépensée auprès de commerçants spécialisés dans le fabriqué dans l’Hexagone puisqu’il faut a minima avoir 70% de son catalogue français pour pouvoir être référencé.

Le made in France pour soutenir la transition écologique

Nous sommes un pays dont le cadre juridique est un des plus stricts au monde, sur le plan social mais aussi environnemental. Le bilan carbone des objets produits est bien sûr nettement moins lourd que lorsqu’on importe d’Asie ou ailleurs.

On dit qu’il faut avoir les moyens pour faire des économies, c’est un peu vrai, pas toujours bien sûr mais si on pense à la décomposition du prix, certaines multinationales produisent loin moins cher, dépensent beaucoup en marketing mais cela reste compétitif pour le consommateur à court terme avec une durée de vie souvent limitée. D’autres font le choix de créer de la valeur ici et maintenant, avec moins de dépenses de com’, mais des coûts de production plus importants, c’est donc parfois un peu plus cher, mais sur le moyen terme on s’y retrouve. Et puis il faut savoir ce qu’on veut !

Aller plus loin

► Pour retrouver la version longue de l’interview de Charles Huet, co-fondateur de la Carte française c'est sur  ID (l'Info Durable)

► Découvrez le guide "Idées Pratiques" sur le thème de la transition écologique Made in France pour aller plus loin.

► Vous connaissez une initiative qui peut participer à la transition écologique ? Contactez Valère Corréard.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.