La France s’approprie le mécanisme des primaires initié par le PS en 2011 et déjà, un nouveau modèle émerge, mais en dehors des partis. Des initiatives citoyennes.

Votez, oui mais pour qui ?
Votez, oui mais pour qui ? © Getty / Andy Reynolds

Trois primaires citoyennes ont été lancées pour les présidentielles de 2017 :

  • La « vraie primaire » qui n’a réussi à rassembler que deux candidats et qui a jeté l’éponge récemment
  • La « primaire des Français » initiée par des mouvements comme Génération citoyens de Jean-Marie Cavada, CAP 21 de Corinne Lepage ou encore Bleu Blanc Zèbre d’Alexandre Jardin. Pour le moment ils sont sur une phase de mobilisation de soutiens pour lancer le processus
  • Et la « primaire.org » qui a mis en place une procédure sophistiquée de désignation d’un candidat : votes, débats, soutien financier, c’est le projet le plus abouti soutenu à ce jour par plus de 63 000 personnes.

Le malaise politique en ligne de mire

Selon la dernière enquête annuelle du CEVIPOF, le centre de recherches politique de Science Po, entre les français et leurs politiques rien ne va plus : 82% des sondés ont une vision négative de la politique, 88% estiment que les « responsables politiques ne se préoccupent pas de ce que pensent les gens comme eux » et selon un sondage Odoxa pour le parisien magazine ils sont aussi 88% à considérer qu’il n’y a pas assez de renouvellement politique dans notre pays.

Une dynamique encore faible

Pour 2017 l’impact de ces mouvements risque d’être assez faible, par contre pour 2022 on assistera peut être à des dynamiques plus importantes.

Après faut-il le rappeler… Si on veut changer la politique et ses représentants il faut voter, s’engager et peut être s’intéresser aux primaires citoyennes qui peuvent aussi bousculer le jeu traditionnel du pouvoir tant décrié..

Dès dimanche matin, retrouvez la version longue et interactive de cette chronique sur le site de notre partenaire média UP le MAG.

L'équipe

Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.