Les fêtes de fin d'année sont une période de grande consommation avec tout ce que cela implique pour nos finances et l’environnement..

Gâter les enfants sans gâter la planète : Père Noël, à toi de jouer !
Gâter les enfants sans gâter la planète : Père Noël, à toi de jouer ! © Getty / Ariel Skelley

C’est à se demander si on entre pas dans une petite hystérie collective… Selon le site planétoscope, à l’échelle mondiale, le Père Noël livre plus de 700 millions de tonnes de cadeaux et plus d’un million de tonne de papier pour emballer ces cadeaux… Et pour accomplir sa tâche il ne ménage ni sa peine ni son traîneau qui parcourt quelques 149 millions de kilomètres pour un bilan carbone dont on se passerait par les temps qui courent : 17,2 tonnes de carbone/an.

En France, on n’échappe pas à la tendance

Pas vraiment, les enfants reçoivent en moyenne 6 cadeaux à Noël, ce qui fait plus de 60 millions de cadeaux pour l’occasion. Et il faut mettre ces chiffres en perspective avec un autre : 1,2. C’est le nombre de jouets jetés chaque seconde en France alors qu’ils sont très robustes en général, notamment grâce à un cadre réglementaire exigeant.

Neuf ou de seconde main ?

Il existe une multitude de plateformes, associations, événements qui proposent de donner une 2ème vie aux objets et donc aux jouets… C’est d’abord une bonne occasion de faire des économies (budget moyen pour noël chaque année pour un français: 321 euros). 

Cela n’enlève a priori rien au plaisir, notamment des plus petits. On peut parfaitement trouver des jouets en parfait état, propre, qui auront le même effet que des jouets neufs.

C’est aussi l’occasion de soutenir des associations qui revendent ces jouets, comme Emmaüs ou Rejoué, une association qui reconditionne des jouets d’occasion et les revend dans le cadre d’un chantier d’insertion.

Faire plaisir sans avoir le réflexe du neuf

Et avec à la clé des petits bonus :

  • recycler un objet oublié chez soi : retaper c’est carrément tendance
  • acheter auprès d’une association pour associer l’achat à la solidarité
  • penser à la planète en évitant de surconsommer
  • faire des économies non négligeables : 50 à 75% au moins
  • Et les enfants ne sont pas accrocs au neuf, pour eux, ce qui compte, c’est que le père Noël ait bien reçu leur liste et qu’il soit à la hauteur des attentes ! Et si, au passage, le père Noël est durable, c’est tout benéf’ pour la suite..

Chronique réalisée en partenariat avec ID, L'info durable #TousActeurs. Pour retrouver le dossier "Réparation, revalorisation : et si nous réutilisions au lieu de jeter?", c'est ici.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.