La consommation de masques jetables a connu une croissance exponentielle, à tel point que la gestion de ce nouveau déchet pose question. Certains acteurs de la filière du recyclage commencent à investir ce créneau.

Comment recycler les masques jetables qui s'accumulent ? Des entreprises planchent déjà sur le sujet, et proposent des solutions
Comment recycler les masques jetables qui s'accumulent ? Des entreprises planchent déjà sur le sujet, et proposent des solutions © Getty / smartboy10

Beaucoup de monde utilise des masques jetables. Certains les trouvent plus pratiques, d’autres misent sur une meilleure efficacité, et dans certains cas, nous n’avons pas le choix : qu’il s’agisse de parler derrière un micro et que cela reste audible, ou lorsque l’entreprise impose du jetable, on se met au pli.

Je l’ai déjà dit dans cette chronique, le masque grand public réutilisable fabriqué en France a pas mal d’atouts : efficace, économique et écologique. Mais bon, le jetable est là, on ne va pas fermer les yeux.

Le masque jetable finit dans le meilleur des cas dans la poubelle du « tout déchet »

Donc incinéré ou enfoui, et dans le meilleur des cas en effet car on en voit quelques-uns sur nos chemins depuis six mois : en ville comme à la campagne, ou sur le sable, dans l’eau.. (ce qui n’est certes rien face aux 8 millions de tonnes de déchets plastique jetés à la mer chaque année) mais bon, le diable est dans les détails, et un détail que la nature pourrait mettre plusieurs dizaines, voire centaines d’années à digérer, ça compte.

Sa texture, son aspect font un peu penser à du papier, mais on en est loin

Quelques années-lumière : un composant qui bloque les micro gouttelettes et qui laisse passer l’air, et qui est rentable mais aussi viable économiquement…devinez…: du plastique ! Un thermoplastique exactement (comme une couche, une serviette hygiénique…), du polypropylène. 

Certains parlent d’ailleurs de laver les masques jetables, mais la communauté scientifique ne semble pas d’accord sur ce point.

Du plastique, mais on ne peut pas le mettre dans nos poubelles jaunes

Par contre des sociétés commencent à se mettre sur ce créneau du recyclage des masques jetables. Fin août c’est Plaxtil dans la Vienne qui annonçait en avoir déjà recyclé 50 000 (la France en a commandé 2 milliards cet été…). Ça bouge aussi dans la région de Lille avec l’entreprise Elise qui a lancé une première phase de test pour recycler à grande échelle.

Et la solution la plus avancée est sans doute celle de Terra Cycle qui vous propose un service de livraison de boites dites « zéro déchet » dans lesquelles vous stockez les masques jetables usagés, une fois pleine vous mettez la boite fermée en quarantaine 3 jours et un transporteur la récupère direction un centre de recyclage spécialisé.

Comptez 230 euros environ pour 2000 masques.

La marque de fabrique de Terra cycle est de recycler des déchets difficilement recyclables en nouant des partenariats avec des grandes marques. C’est ainsi qu’on pourrait bientôt voir certaines grandes surfaces équipées de ces boites pour les clients. Pour en savoir plus : boites-zero-dechet.fr 

► Pour retrouver la version longue de l’interview de Laure Cucuron, Directrice générale de Terra Cycle Europe, c'est sur  ID (l'Info Durable)

► Vous connaissez une initiative qui peut participer à la transition écologique ? Contactez Valère Corréard 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.