Le 11 février 2016 était promulguée la loi relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire, un texte adopté à l'unanimité pour une cause d'intérêt général.

On gaspille aujourd'hui deux fois plus qu'il y a 30 ans ! Pour une famille de quatre personnes, cela équivaut à 400 euros par an jetés à la poubelle…
On gaspille aujourd'hui deux fois plus qu'il y a 30 ans ! Pour une famille de quatre personnes, cela équivaut à 400 euros par an jetés à la poubelle… © Getty / Peter Dazeley

On gaspille chaque année 10 millions de tonnes de nourriture, cela représente 20 milliards de repas c’est à dire plus qu’il n’en faudrait pour mettre un terme à l’insécurité alimentaire qui concerne un Français sur 10.

Au quotidien, cela représente 34 grammes par repas, c’est deux fois plus qu’il y a 30 ans. Et si on le rapporte au budget d’une famille de 4 personnes cela équivaut à 400 euros par an jetés à la poubelle ! Imaginez à l’échelle mondiale un tiers de la nourriture produite ne serait pas consommée.

Un gaspillage tout au long de la chaîne

Toutes les étapes de la production alimentaire sont à l’origine de ce gaspillage à grande échelle : la production (avec notamment les fruits et légumes moches), la transformation, la consommation et la distribution qui, contrairement aux idées reçues, est la plus petite part (14%). Et les conséquences de ce grand gâchis sont diverses : sociales, environnementales..

Une loi adoptée à l'unanimité

Un texte promulgué le 11 février 2016 avec des objectifs ambitieux :

  • interdiction pour les distributeurs d’empêcher le glanage (pratique qui vise à rendre impropres à la consommation les invendus)
  • favoriser le don des invendus aux banques alimentaires
  • prévenir le gaspillage des particuliers et professionnels

Les professionnels très concernés

On gaspille quasiment quatre fois plus au restaurant qu’à la maison et c’est toute la chaîne qui a sa responsabilité : du restaurateur au consommateur.

D’ailleurs les professionnels sont de plus en plus sensibles à ces questions, on avait parlé à ce sujet des restaurateurs engagés avec l’association "Bon pour le climat" dans cette chronique, ou encore des doggy-bags qui pourraient passer pour une bonne alternative au gaspillage, mais ce n’est pas vraiment l’avis de certains spécialistes qui s'interrogent sur leur efficacité.

Un petit conseil de bon sens, il ne faut pas hésiter à demander ou préciser à la commande : quantité, composition des plats ou encore éviter d’avoir les yeux plus gros que le ventre avec le dessert commandé trop tôt par exemple.

Autre recommandation pour la maison : redonner sa place à la nourriture, plus on cuisine et on prépare soi-même de bons petits plats, moins on gaspille et contrairement aux idées reçues ce n’est pas forcément long et fastidieux de cuisiner !

Retrouvez ici quelques conseils de l'ADEME (l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie).

Une idée de dossier ? Vous connaissez une initiative qui pourrait changer le monde et notre quotidien ? Ecrivez-nous : valere.correard(@)radiofrance.com

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.