Il n’est plus exceptionnel de croiser un ami, un membre de sa famille, un voisin, un collègue de micro… parler de ses bonnes résolutions écologiques. C'est sans doute de ce constat qu'est né le projet OOPLA. Explications.

Objets zéro déchets
Objets zéro déchets © Getty / Kseniya Ovchinnikova

C’est d’ailleurs plutôt rassurant car cela va d’une certaine manière à l’encontre d’un modèle de société : la mobilisation citoyenne prend doucement forme dans le quotidien des Français qui placent l’environnement en tête de leurs préoccupations. Après, c’est chacun son rythme, chacun à son échelle bien sûr. Et il existe de très nombreuses initiatives dont l’objectif est de simplifier le démarrage de sa transition.

Encore faut-il savoir par où commencer et savoir ce qui compte vraiment dans les actions à mettre en place

C’est un vrai sujet en effet, d’ailleurs on a assez souvent des informations contradictoires, on a aussi beaucoup de mal à hiérarchiser les actions entre elles (qu’est ce qui est vraiment important et qu’est ce qui est anecdotique). On peut même finir par se démotiver, car il en faut de la motivation pour changer ses habitudes, d’autant qu’on se sent souvent un peu seul et qu’on finit par se demander si ça en vaut vraiment la peine.

D’où l’intérêt de privilégier des gestes simples, efficaces et qui peuvent nous apporter des bénéfices individuels immédiats, comme faire des économies par exemple, dans ce cas c’est plus facile d’ouvrir la porte de la transition.

Une société veut nous faciliter le passage à l'acte

OOPLA, pour Only One Planet, propose des kits clés en mains pour faciliter le passage à l’acte sur de petites actions du quotidien. Par exemple, le kit "eau" contient trois régulateurs pour robinet et un pour douche, les joints ainsi qu’un guide pédagogique pour 22 euros. Vous avez également une box "visage" avec des oriculi, des lingettes démaquillantes lavables, un savon et un porte savon et une éponge exfoliante, là aussi cela coûte 22 euros.

Peut-on vraiment changer le monde avec ces petits gestes ?

Ce qui compte c’est sans doute ce que représente ce geste à son échelle… mais c’est une vraie question à laquelle le co-fondateur d’OOPLA, Thibaut Aaron a évidemment répondu sans hésiter.

Un petit geste qui peut compter un peu à son échelle, beaucoup à l’échelle collective. Qui est aussi un message envoyé aux politiques et entreprises. Et quand cela ouvre la voie à des économies substantielles, c’est tout bénéf'.

En un peu plus d’un an, 10 000 kits ont été vendus par OOPLA, 10 000 kits assemblés par des personnes en situation de handicap, et donc 10 000 arbres plantés notamment à Madagascar puisque la jeune société s’est engagée à planter un arbre pour chaque kit vendu.

►  Pour retrouver la version longue de l’interview de Thibaut Aaron, co-fondateur de la société OOPLA, c'est sur ID (l'Info Durable)

► Vous connaissez une initiative qui peut participer à la transition écologique ? Contactez Valère Corréard ici.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.