Comme un contre pied à tous les autres réseaux sociaux qui sont pour la plupart devenus des industries à clics, datas, achats et offres marketing….celui-ci centre son offre sur les liens sociaux. Explications.

Un problème, une solution à travers une appli qui met les offres et besoins des utilisateurs en rapport
Un problème, une solution à travers une appli qui met les offres et besoins des utilisateurs en rapport © Getty

Ce n’est pas pour rien que les grands réseaux sociaux sont prêts à (presque) tout pour mieux vous connaître et mieux vous vendre. Comme on dit : si c’est gratuit, c’est nous le produit ! 

C’est souvent vrai, mais pas toujours : la preuve avec INDIGO, un nouveau réseau social qui met en relation les gens (le principe du réseau social) dans le but d’échanger des biens et des services gratuitement.

Il ne s’agit donc pas de raconter sa vie ou celle qu’on imagine comme sur d’autres réseaux sociaux. Lorsque vous vous connectez pour la première fois, on vous explique et c’est assez simple.

Vous créez votre compte, vous acceptez la géolocalisation et là vous voyez affichés des icônes de couleur autour de vous sur une carte. Il s’agit des offres ou demandes d’objets et de services faites par les utilisateurs, dont vous faites désormais partie !

En rouge les besoins, en bleu les propositions, en jaune les associations qui communiquent.

Rien ne s’achète ou se vend, tout est gratuit 

Aucune transaction en euros, le réseau social a mis en jeu les « digos », une monnaie virtuelle qui ne s’utilise que sur INDIGO et qui ne s’achète pas. Vous démarrez d’office avec 40 digos, vous payez avec, pour en gagner il faut offrir ou donner, ce que vous pouvez d’ailleurs faire en échange de 0 digo, vous définissez le prix vous -même. 

On recherche ici un cercle vertueux : recevoir oui, mais donner aussi, il faut équilibrer les deux pour éviter les abus…

Une multitude d'offres et demandes

C’est très varié : un utilisateur cherche un traducteur en espagnol pour son travail, un autre offre une paire de chaussures, une utilisatrice a besoin d’aide pour monter un meuble… c’est du quotidien, du concret et du pratique C’est pour cela d’ailleurs que le réseau est vraiment social pour son fondateur, Stéphane de Freitas.

A ce jour 60 000 personnes sont inscrites sur le réseau social qui a été créé il y a quelques mois. Un bon lancement qui répond à des enjeux sociaux, écologiques et économiques pour son fondateur.

Pour retrouver la version longue de l’interview de Stéphane de Freitas, fondateur d'Indigo, c’est sur ID, linfodurable.fr 

Vous connaissez une initiative qui peut participer à la transition écologique ? Contactez-nous !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.