Les banques pourraient bien devenir demain un énorme levier de changement pour lutter contre le dérèglement climatique. Explications.

Qqelle banque choisir pour ne pas participer au dérèglement climatique ?
Qqelle banque choisir pour ne pas participer au dérèglement climatique ? © Getty

Pourraient parce que pour le moment c’est plutôt « en cours » d’évolution, mais manifestement cela ne va pas assez loin ni assez vite. Un peu paradoxal parce que les Français veulent s’engager pour le climat, font des efforts, se remettent en question, mais leur argent ne dort pas sur leur compte (quand on en a), il finance largement les énergies fossiles, et participe donc au changement climatique. A l’échelle mondiale, un récent rapport porté par des ONG évoque 735 milliards d’euros investis dans les énergies fossile (« Banking on Climate Change ») sur l’année…

Les banques françaises concernées

Notre argent finance entre autre les énergies fossiles et contribue donc au réchauffement climatique. En gros, manger moins de viande, se déplacer à vélo, réduire ses déchets c’est top, mais ce serait super bien si les politiques d’investissement des banques et assurances se verdissaient vraiment.

Preuve que les choses bougent, la Banque de France vient d’annoncer qu’elle va exclure de ses investissements toute entreprise dont le charbon pèse plus de 2% de leur chiffre d’affaires d’ici la fin de l’année, et 0% à l’horizon 2024.

Après à notre niveau la question se pose : quelle banque choisir pour ne pas participer au dérèglement climatique ? J’ai interrogé Lucie Pinson qui a été reconnue pour son engagement dans la décarbonation des activités financières, elle a d’ailleurs reçu le prix Goldman 2020 (prix Nobel de l’environnement), elle dirige actuellement l’ONG Reclaim Finance. Il a fallu que j’insiste un peu, !il n’y a vraiment pas une banque ou un assureur qui a grâce à vos yeux ? Sa réponse dans le podcast.

Nos moyens d'action

Mais faut-il pour autant subir la situation ou a-t-on des moyens d’action ? Parfois, un simple mail peut déjà faire bouger les choses…

Autre possibilité, vous pouvez suivre et même soutenir financièrement l’ONG Reclaim Finance qui utilise la méthode « name and shame » : dénoncer et créer la controverse. Il y a aussi des alternatives émergentes  à surveiller comme des projets de néo-banques vertes qui font de la neutralité carbone un axe clé (Hélios). Vous pouvez aussi cibler votre épargne vers des solutions labélisées . Mais si les choses changent et que la finance se verdit vraiment, peut-on imaginer sauver le climat et nous épargner toutes les épreuves qui nous attendent si on ne reste pas dans les clous de l’Accord de Paris ? Pour Lucie Pinson, pas d’hésitation, la réponse est…oui !

► Pour retrouver la version longue de l’interview de Lucie Pinson, Directrice Générale de Reclaim Finance, c'est sur  ID (l'Info Durable)

► Vous connaissez une initiative qui peut participer à la transition écologique ? Contactez Valère Corréard.