Ce n'est pas seulement un effet d'optique, ni l'illusion de celles et ceux qui rêvaient d'un déconfinement à deux roues (avec des pédales), le vélo semble être le grand gagnant des moyens de transports depuis le 11 mai dernier. Et si tout était réuni pour faire de la France le nouveau pays du vélo ?

Se déplacer à vélo, nouveau geste barrière ?
Se déplacer à vélo, nouveau geste barrière ? © Getty / alvarez

Qui va gagner le match à l’heure où on préférerait tous éviter les transports en commun : la voiture, la moto ou... le vélo ? La presse en parlait avant le 11 mai, allait-on voir des embouteillages monstres de français fuyant le Covid-19 (à juste titre) et la transition écologique au passage, au moins le temps que tout ça ne soit qu’un mauvais souvenir ? Tant pis pour le climat, il n’est plus à ça près !

« Ouf » de soulagement depuis presque deux semaines, nous sommes en mai, nous ne sommes pas complètement fous, et le 2 roues a quelques arguments qui se tiennent : économique, bon pour la santé, on se tient à distance physique et on s’engage pour le climat. Il faut dire que 60% de nos trajets feraient moins de 6 kilomètres.

Résultat, d’après une étude de Vélo et Territoires, la bicyclette a le vent en poupe avec un boom de 44% de la pratique du vélo depuis le 11 mai.

En plus, les villes ont souvent misé sur ce moyen de transport avec des pistes cyclables temporaires et, dans le même esprit, le gouvernement a annoncé un plan de 20 millions d’euros pour soutenir les coups de pédale.

20 millions d'euros, pour faire quoi ?

Le ministère de la transition écologique et solidaire a annoncé une aide de 50 euros hors taxes pour faire réparer son vélo, c’est l’opération « coup de pouce vélo », un soutien financier au développement de pistes cyclables et de places de stationnement temporaires et des formations gratuites pour celles et ceux qui craignent de ne pas retrouver l’équilibre sur leur monture.

Tout se fait un peu dans l’urgence, et pour cause, mais ce n’est pas la première fois que le vélo s’impose dans un contexte tendu comme nous l'a expliqué Olivier Schneider, Président de la FUB, la Fédération des Usagers de la Bicyclette.

Une mise en pratique simple pour les particuliers

Vous pouvez retrouver la liste des réparateurs agrées près de chez vous sur le coupdepoucevelo.fr, une réduction de 50 euros HT sera appliquée directement sur votre facture (la TVA reste à votre charge). Après, même si une rallonge a été évoquée, on reste sur 20 millions, et on peut se demander si la somme est à la hauteur de l’enjeu, notamment mis en perspective des milliards de prêts consentis au secteur automobile ou aéronautique. Pour Olivier Schneider, il ne faut pas faire la fine bouche.

Conclusion : faisons vite réparer nos vélos, écrivons à nos maires pour leur demander plus de pistes cyclables et de lieux de stationnement et profitons des beaux jours pour un déconfinement à 2 roues ! Comme un nouveau geste barrière contre le Covid 19 et pour le climat qui risque de refaire parler de lui plus tôt qu’on ne le croit…

► Pour retrouver la version longue de l’interview d’Olivier Schneider, Président de la FUB, c'est sur ID (l'Info Durable)

► Vous connaissez une initiative qui peut participer à la transition écologique ? Contactez Valère Corréard ici.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.