Une tendance a dépassé le stade de la mode pour devenir une vraie lame de fond : la création de monnaies locales.

Le pays de Ploërmel a été le premier du Morbihan à mettre en circulation une monnaie locale complémentaire comme il en existe une trentaine en France.
Le pays de Ploërmel a été le premier du Morbihan à mettre en circulation une monnaie locale complémentaire comme il en existe une trentaine en France. © Maxppp / Thierry Creux / Ouest France

Rien à voir avec les bitcoins ou les cryptomonnaies, ici on parle d’une monnaie qui s’inscrit dans le réel et le local. Le législateur a d’ailleurs pris au sérieux le sujet puisque la loi sur l’économie sociale et solidaire du 31/07/2014 encadre et reconnaît ces monnaies complémentaires à l’euro. 

Le principe est simple : pour ceux qui accepte de l’utiliser, elle sert à acheter ou vendre comme on le fait tous les jours avec l’euro mais elle s’inscrit dans un territoire.

Les premiers projets datent de 2008, et ce n’est pas un hasard

C’est l’année du début de la crise financière dont tout le monde se souvient avec l’arrivée d’une première monnaie locale deux ans plus tard en 2010 à Villeneuve sur Lot : l’Abeille.

Aujourd’hui, c’est la quasi-totalité des régions françaises qui sont couvertes par une ou plusieurs monnaies locales avec à chaque fois des petits noms qui rappellent la culture locale :

Le Vendéo (Vendée), la roue du Pays d’Aix, ou encore l’Eusko (Pays Basque)

Des points communs

D’abord le rapport à l’euro : une unité locale vaut un euro, c’est le principe. Mais aussi la philosophie avec derrière des associations engagées pour changer notre rapport à l’argent :

Plus local, éthique, transparent, tourné vers l’économie locale et les circuits-courts. 

Des succès variables

C’est variable mais elles ne laissent pas indifférents...Pour la Gonette à Lyon, par exemple, 280 professionnels l’acceptent et 700 particuliers s’en servent avec un total de 118 000 Gonettes en circulation..

Il faut savoir que la plus importante monnaie locale est l’Eusko (Pays Basque) avec 650 professionnels, 3000 particuliers et plus de 700 000 euskos en circulation. Ça commence donc à peser, à tel point que la monnaie basque a lancé une carte de crédit à la demande de ses adhérents.

Un autre enjeu  : notre rapport à l’argent 

Avec, au delà des inégalités que la monnaie peut créer dans une société, la charge morale ou philosophique associée à l’argent : le pouvoir, l’influence, mais aussi les déviances…Une monnaie locale veut assainir cela en revenant à la fonction première de l’argent : un cadre d’échange local.

Une différence qui s’applique à la cinquantaine de monnaies locales en France. Il y en a d’ailleurs peut-être une près de chez vous …le réponse est dans la carte interactive des monnaies locales disponibles ici.

Chronique réalisée en partenariat avec ID, L'info durable #TousActeurs

Pour lire l'interview complète de Fanny Autard, responsable du pôle citoyen de la Gonette, c'est par .

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.