Le 23 septembre dernier, c'était le pic annuel des naissances, mais il pourrait bien y en avoir un autre, le confinement est passé par là. Devenir parent est souvent l'occasion de s'intéresser à l'écologie avec cette furieuse envie de faire au mieux pour bébé.

Comment concilier parentalité et écologie ? Le premier des conseils de Valère Corréard : ne pas se précipiter
Comment concilier parentalité et écologie ? Le premier des conseils de Valère Corréard : ne pas se précipiter © Getty

Certains vont encore me crier dans les oreilles que le premier geste écolo est de faire moins d’enfants. Peut-être si on a une approche comptable. Et si on regardait un tout petit peu plus loin : à quel autre moment de notre existence sommes-nous capable d’autant d’empathie, quand avons-nous porté autant d’intérêt à ce qu’il se passera après notre mort, et avons-nous déjà été aussi impliqués dans ce qu’on mange, respire, touche ?
La parentalié est peut-être un levier de changement extrêmement puissant, et beaucoup de jeunes parents vont en profiter pour mettre de l’écologie dans leur quotidien.

De nombreuses tentations de surconsommer

La tentation est immense, les enjeux commerciaux le sont tout autant. Le transat qui berce tout seul, le biberon dernier cri, les habits zéro mois, la table à langer, la baignoire et ses accessoires, la poussette, le porte bébé, le mobilier, les jouets, les peluches, les sorties de bain…

Première chose donc, ne pas se précipiter, bébé aura besoin de manger, d’être au chaud et d’amour, bien sûr avoir rassure, mais tout va bien se passer. On a quelques millions d’années de R&D derrière nous.

Quelques pistes pour faire les bons choix

Il y a beaucoup à dire.

  • Il faut savoir que le mobilier de la chambre va souvent émettre des composés organiques volatils s’il contient des vernis ou des colles notamment, il faut donc installer la chambre du petit bout en avance. 
  • Pour les habits, le zéro mois va durer zéro jour ou presque, inutile de trop acheter de vêtements en réalité car le bébé grandit très vite…
  • Que ce soit pour l’hygiène mais aussi les produits de nettoyage de la maison, la vaisselle ou le linge, privilégiez des labels écologiques qui vous assureront un minimum d’impact pour l’environnement mais aussi la santé de votre enfant.
  • Et puis un mot sur l’alimentation bien sûr, éviter les produits transformés quand on passe à la diversification, et si possible du bio, il faut se remettre au fourneau !

Pour passer à l'action, découvrez le livre co-écrit par Mathilde Golla et Valère Corréard, "Un bébé pour tout changer", 9 mois pour réussir sa transition écologique (Marabout).

Aller plus loin

► Pour retrouver la version longue de l’interview de Florence Clément, coordinatrice de l’information grand public à l’ADEME, c'est sur  ID (l'Info Durable)

► Vous connaissez une initiative qui peut participer à la transition écologique ? Contactez Valère Corréard 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.