Une association propose des solutions de crédit aux porteurs de projet à qui les banques ne veulent pas prêter.

Une association propose des solutions de crédit aux porteurs de projet à qui les banques ne veulent pas prêter.
Une association propose des solutions de crédit aux porteurs de projet à qui les banques ne veulent pas prêter. © Getty / StockFinland

Le micro-crédit solidaire est une forme de prêt, comme dans une banque, mais il a deux spécificités :

- la somme en jeu est assez faible, quelques milliers d’euros;

- il s’adresse aux personnes qui se voient systématiquement refuser des prêts par les banques.

Accéder à un prêt pour se lancer

On s’imagine parfois qu’il faut des sommes très importantes pour lancer sa boîte, mais pas forcément. Il peut s’agir de réaliser un site internet, des cartes de visite et des plaquettes commerciales, acheter un véhicule ou du matériel ou tout simplement de payer ses premiers fournisseurs ou louer un petit local.

Une association sur le créneau

L'ADIE (l’association pour le droit à l’initiative économique) prête au taux classique, mais sur des durées assez courtes, pour une somme maximale de 10 000 euros, et surtout, elle s’adresse en priorité aux exclus du système bancaire.

En 2016 elle a prêté en moyenne 4000 euros à 20 000 entrepreneurs. Et chaque fois, l’association fait du « sur-mesure ».

84% de personnes réinsérées

Avec une prédominance pour le commerce sédentaire ou ambulant (34%), les services (27%), ou encore l’hôtellerie et la restauration (10%).

Et puis, au delà du secteur, la question du statut des entreprises créées se pose, et c’est là aussi très varié avec des entreprises individuelles, des SARL, des EURL et une majorité d’auto-entrepreneurs (46%).

Au delà du micro-crédit

L'ADIE propose des services d’accompagnement à la création d’entreprise : environnement législatif, règlementaire mais aussi conseils pratiques par exemple sur l’impact que peut avoir la création d’une entreprise sur des prestations sociales.

L’ADIE propose aussi des micro-assurances pour couvrir les risques professionnels.

Et, depuis peu, l’association a lancé des réseaux de micro-franchise autour du jardinage et de l’assistance numérique pour celles et ceux qui préfèrent entreprendre dans un cadre plus défini.

Une idée de dossier ? Vous connaissez une initiative qui pourrait changer le monde et notre quotidien ? w4ljcml2ZXotbm91cyBJQ0k=

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.