Les "civic tech" ont l'objectif d'impliquer et faire participer les citoyens aux décisions publiques avec l’ambition de rendre la démocratie plus participative.

Illustration autour du thème du vote
Illustration autour du thème du vote © Getty / Alex Belomlinsky

Ce sont des applications numériques ou des sites internet qui proposent leurs services aux citoyens et aux collectivités ou institutions dans l’objectif de les rapprocher pour leur permettre de prendre des décisions en se concertant.

A l’échelle internationale nous sommes plutôt considérés comme précurseurs avec de nombreuses initiatives, comme par exemple :

- Parlement et citoyens : une plateforme qui permet à des citoyens et des parlementaires de faire la loi ensemble

- Voxe.org : un comparateur de programmes politiques qui vous permet de sélectionner vos candidats préférés et de comparer leur position sur des sujets qui vous intéressent

- Ou encore Cap Collectif, un des précurseurs du mouvement en France qui accompagne des collectivités dans leur volonté d’associer les citoyens à la prise de décision. Ils ont par exemple été l’opérateur qui a organisé la consultation de la loi pour une République numérique portée par Axel Lemaire, un premier exemple de réalisation à grande échelle.

Les partis politiques à la traîne?

Disons que ça bouge doucement. Il y a d’abord ETALAB, une structure du gouvernement qui a pour objectif l’ouverture et le partage des données publiques, et puis de plus en plus d’initiatives locales autour des budgets participatifs. En même temps avec l’abstention devenue 1er parti de France, la défiance vis-à-vis des élus qui n’a jamais été aussi importante, ce ne serait pas un luxe que la classe politique s’approprie tout ce qui peut lui permettre de se rapprocher des citoyens pour tendre vers une démocratie plus participative.

Une idée de dossier ? Vous connaissez une initiative qui pourrait changer (un peu) le monde et notre quotidien ? Ecrivez-nous : valere.correard(@)radiofrance.com

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.