Coup de projecteur sur un mouvement qui veut se faire entendre : la Happy tech.

Méditation au travail
Méditation au travail © Getty / Sorbetto

La "Happy tech", c'est la technologie au service du bien-être en entreprise. Son ambition : démocratiser le mieux-vivre au travail en fédérant des startups qui se sont lancées sur ce créneau avec différents leviers technologiques : cloud, big data ou encore intelligence artificielle.

Et le mouvement se structure avec une association (HappyTech) dont l’objectif est de regrouper les acteurs et de créer, à terme, un label.

Une démarche qui n’arrive pas par hasard

D’après une étude qui vient faire écho à plusieurs autres : il y aurait plus de 3 millions d’actifs en situation de travail excessif ou compulsif exposés à un risque de burn-out, et seulement un travailleur sur 10 serait enthousiaste sur le plan professionnel    .

Un phénomène qui a des répercussions à plusieurs niveaux : humain et financier

Productivité en baisse, absentéisme, stress et à la clé un impact économique pour les entreprises. Par exemple, on estime le coût du mal-être au travail à 12 600 euros par salarié et par an pour le secteur privé (étude cabinet Mozart consulting). A l’échelle nationale on parle d’un gain potentiel de 1 à 3 points de PIB si les conditions de travail étaient globalement améliorées.

Des solutions diverses qui ne suffisent pas sans une volonté politique

Réseau social, remontées de problèmes quotidien...les solutions proposées par ces acteurs du numériques sont variées et peuvent apporter un vrai plus dans la vie des entreprises, mais pas toutes seules. Pour autant, le mouvement a le mérite d’exister et de faire parler de ce sujet central qui devient un mal dans une société productiviste qui a ses excès.  

Une idée de sujet ? Vous connaissez une initiative qui pourrait changer le monde et notre quotidien ? Écrivez-nous ICI

Chronique réalisée en partenariat avec ID, L'info durable #TousActeurs

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.