Il y aurait près de 2,5 millions de demandeurs d’emploi inscrits au pôle emploi depuis plus d’un an, c’est quasiment 1,5 million de plus qu’en 2008.

Visages
Visages © Getty / John Lund

Le dispositif "zéro chômeur" repose sur l’articulation logique de trois idées :

1- Personne n’est inemployable, en d’autres termes un chômeur de longue durée n’est pas un incapable, il a forcément des compétences qu’il peut mettre à profit.

2- S’il manque des emplois, il y a nécessairement du travail pour tout le monde puisque nombre de besoins ne sont pas satisfaits dans notre société.

3- La question financière ne se pose pas puisque le chômage de longue durée coûte déjà très cher à l’État et que le système prône justement de mieux utiliser les fonds pour moins de dépenses à terme en finançant 70% du SMIC de chaque emploi créé.

Un dispositif en expérimentation

Au total, ce sont dix départements qui ont été retenus par l’État, cela va du Nord aux Bouches-du-Rhône en passant par Paris, la Nièvre ou encore le Puy-de-Dôme.

Chaque fois, l’idée est que différents acteurs locaux se mettent autour de la table : organismes publics, collectivités et entreprises sociales. Objectif : créer une nouvelle activité centrée sur un besoin non satisfait en subventionnant 70% du poste. Attention, l‘idée n’est pas de concurrencer d’autres acteurs économiques mais bien de venir sur un terrain inoccupé.

Un essai à confirmer

Désormais, plusieurs défis doivent être relevés :

- cinq ans d’expérimentations à mener pour convaincre l’État de continuer.

- Vérifier que les entreprises sociales trouvent leur modèle économique puisque seule une partie des postés créés sont financés.

Si le sujet vous intéresse, je vous invite à lire l’article consacré au sujet dans le supplément d’Alternatives Économiques , Reconstruire la Solidarité, disponible en kiosque et sur leur site Internet.

Une idée de dossier ? Vous connaissez une initiative qui pourrait changer le monde et notre quotidien ? Écrivez-nous : valere.correard(@)radiofrance.com

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.