Tout le monde connaît les hautes-technologies ou "high-tech" et leur lot d’innovations mais aussi de pollution, et de prix à payer… Par opposition à ces technologies chères et polluantes sont nées les "low-tech" : plus facile à fabriquer, produites à partir de biens usagés ou de matériaux recyclés et durables.

"Low-tech for Refugees", une des opérations de l'association "Gold of Bengal"
"Low-tech for Refugees", une des opérations de l'association "Gold of Bengal" © Gold of Bengal

90% des designers travaillent pour 10% de la population.

- E.Smith

Que peut-on obtenir grâce aux low-tech ?

Des innovations au service de besoins fondamentaux au meilleur prix. Et là tout devient possible…un filtre à eau en céramique, un torréfacteur solaire, un séchoir solaire ou même une machine à laver à pédales… C’est de l’innovation : on rend beaucoup de services avec très peu, en utilisant notamment les déchets high tech. Et là, tout le monde peut y accéder et en bénéficier.

Des associations font la promotion des low-tech 

C’est notamment le cas de l’association Gold of Bengal qui a créé le Low tech Lab, un projet de recherche et de documentation qui recense des innovations sous la forme de tutoriels sur son site Internet gratuitement.

L’ambassadeur de cette association s’appelle Corentin de Chatelperron : ingénieur de formation, il s’est lancé dans un tour du monde en Catamaran en février 2016, à la découverte des innovations du monde entier. En escale en France, il a pu nous donner deux exemples d’innovations qu’il a croisé sur son chemin et qu’il a trouvé remarquables.

On parle d’innovations et de besoins locaux…Et la France n’est pas en reste, ici aussi il y a de quoi faire. D’ailleurs, des membres de l’association Gold of Bengal ont fait un tour de France pour recenser les innovations en low tech, et ça les a inspirés. 

Aller plus loin

L'action de Gold of Bengal sur les réfugiés

Retrouvez la version longue de l'interview de Corentin de Chatelperron, fondateur du Low tech lab, sur le site de notre partenaire ID (L'info durable). 

Une réaction ou proposition de sujet ? Écrivez-nous à valere.correard(@)radiofrance.com

Les invités
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.