Gadget pour les uns, solution pour nourrir l'humanité pour d'autres, les insectes font débat et ont quelques arguments nutritionnels à défendre. La France est-elle prête?

criquets grillés
criquets grillés © Maxppp / Stéphanie Forestier

Nous pourrions atteindre 9 milliards d’individus dans le monde en 2050 et il faudra quasiment multiplier par deux la production alimentaire actuelle selon l’ONU. Problème : les espaces d’élevage se font rares, les océans sont surpêchés et cela va impliquer de réévaluer ce que nous mangeons et comment nous produisons cette nourriture. Déjà aujourd’hui on estime que les insectes sont une composante de repas traditionnels pour au moins 2 milliards de personnes. Et il y a l’embarras du choix ! 1900 espèces seraient comestibles.

Au Mexique les chenilles grillées ou frites sont considérées comme des friandises dans le milieu agricole, en Australie certaines communautés se régalent avec des larves de papillon, alors que les larves de guêpes jaunes sont particulièrement appréciées au japon.

L’entomophagie, le fait de manger des insectes, aurait de nombreux atouts

Pour l’environnement d’abord: leur élevage est moins gourmand en gaz à effet de serre, en espace et en eau. Et puis élever des insectes est accessible techniquement et financièrement ce qui peut être un avantage non négligeable pour certaines populations confrontées à la malnutrition.

Pour la santé ensuite, les insectes seraient une alternative à la viande puisqu’ils contiennent des protéines mais aussi du fer, du calcium ou du zinc.

La vente d'insecte autorisée sous conditions

Elle est tolérée mais uniquement à condition que les insectes soient vendus entiers. Ils peuvent être assaisonnés mais pas transformés. Dans certains pays en revanche on peut trouver des barres de céréales à la farine d’insectes, ou des pâtes enrichies, c’est notamment le cas en Belgique.

Pour revenir sur la France, tout l’enjeu des start-up qui vantent les mérites des criquets et autres vers de farine est de faire changer l’image des bestioles qui ne sont pas encore ancrées dans nos habitudes alimentaires, même pour l’apéritif. C'est notamment le cas de Jimini's.

Notez enfin que les insectes font partie de la grande famille des arthropodes comme les crustacés donc attention aux allergiques.

*Dès dimanche matin, retrouvez la version longue et interactive de cette chronique sur le site de notre partenaire média UP le MAG.

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.