La salle de bains est une pièce dans laquelle nous produisons beaucoup (trop) de déchets. Il est peut-être temps de changer nos habitudes avec, à la clé, des économies, et des bénéfices pour notre santé et l'environnement.

Bannir les emballages plastiques de ses produits cosmétiques, une solution pour éliminer les déchets de salle de bain
Bannir les emballages plastiques de ses produits cosmétiques, une solution pour éliminer les déchets de salle de bain © Getty / Image Source

Il faut reconnaître qu’entre les cotons tiges, les récipients divers et variés pour nos gels douche, shampoing et lotions, mais aussi les lingettes, cotons et coton-tiges jetables…notre salle de bains est un lieu où on jette trop.

Résultat : nos poubelles grossissent et les volumes d’ordures ménagères avec … ce qui continue d’alimenter les incinérateurs ou les décharges, sans parler de tout ce qu’il faut produire en amont : plastique, coton, emballages, donc ressources, pollution, gaz à effet de serre…bref, cela ne peut plus durer !

A quoi ressemble une salle de bains zéro déchet ?

A une salle de bains ! Mais une salle de bains dans laquelle on arrête le « tout jetable » pour aller vers du réutilisable avec à la clé : des produits plus naturels, plus économiques et meilleurs pour la santé.

Avec par exemple un gant de toilettes ou des disques de coton lavables vous allez remplacer des lingettes jetables, du coton démaquillant jetable, et même vos cotons tiges en plastique jetable (qui seront d’ailleurs bientôt interdits).

Ensuite on va regarder du côté des shampoings, gels douche et déodorants. Tout est emballé voire sur-emballé avec souvent des produits douteux pour la santé. Et bien pourquoi ne pas passer aux cosmétiques solides : savon, shampoing solide et déo solide ? Oui ça existe et c’est tout aussi efficace avec quelques qualités en plus : moins cher, plus naturel...

De plus en plus de produits d’hygiène solides dans les commerces

Avec des sociétés engagées sur ce créneau : Secrets de provence, Pachamamaï ou encore Lamazuna dirigée par Laetitia Van de Walle qui estime que si les grands du secteur ne se sont pas encore lancés, c’est parce que leur modèle économique n’est pas adapté à ces produits.

Le brossage de dents n'est pas en reste

Il existe là aussi de nombreuses alternatives à la brosse à dents en plastique jetable. Plastique recyclable, bambou ou bois, les acteurs de ce marché rivalisent d’audace pour contourner le tout jetable. Et il existe même du dentifrice solide (que j’ai testé et qui ne m’a pas convaincu).

Pour retrouver les version longue de l'interview de Laetitia Van de Walle, Fondatrice de Lamazuna, c'est sur le site de notre partenaire ID (L'info Durable) .

Une réaction ou proposition de sujet ? Ecrivez-nous --> valere.correard(@)radiofrance.com

Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.