Pour la cinquième année consécutive l'opération "Février sans supermarché" est reconduite. Objectif : nous interroger sur nos choix de consommation.

février sans supermarché : il ne s’agit pas tant d’être contre les supermarchés que d’être pour les alternatives
février sans supermarché : il ne s’agit pas tant d’être contre les supermarchés que d’être pour les alternatives © Getty

Cela fait cinq ans que le média suisse « En Vert Et Contre Tout » a réactualisé et démocratisé cette initiative créée il y a une trentaine d’année. En 2020, ce sont 50 000 personnes qui ont tenté l’aventure. Car il s’agit d’une aventure qui pourrait s’appeler « Février en favorisant les commerces indépendants et en soutenant les petites fermes » (peut-on lire sur le site internet de l’opération). Vous l’avez compris, il s’agit surtout de nous inciter à nous reposer cette question : qu’est-ce que je soutiens comme modèle avec ma carte bancaire ?

Les supermarchés en ligne de mire

Ils sont un exemple parmi d’autres des dérives de la société de surconsommation, des lieux où quoi qu’on en dise, tout est trop…Et puis encore une fois pour Leïla Rölli, porte-parole de « Février sans supermarché » il ne s’agit pas tant d’être contre les supermarchés que d’être pour les alternatives.

Il y a d’ailleurs une chose qu’on oublie mais les supermarchés sont passés d’une offre essentiellement alimentaire à une offre globale. On se souvient d’ailleurs de la polémique sur les rayons livres ouverts en grande surface au début du deuxième confinement alors que les libraires étaient eux fermés… Or, cette extension du périmètre de vente n’est pas sans conséquences…

La question du prix

C’est une hypothèse, mais pas certaine…..  il faudra surtout dépenser plus de temps, pas nécessairement plus d’argent en réalité. Notamment sur la partie alimentation on sait que manger des fruits et légumes de saison, moins de viande, cuisiner plus et gaspiller moins sont des leviers d’économie.

Et d’ailleurs pour aider ceux qui sautent le pas plus de 80 groupes Facebook ont été créés en France, ils sont organisés par région ou territoire et les gens y échangent des bons plans, partagent des recettes, des adresses et là on est dans un objectif de l’opération : créer du lien. Ce qui n’est pas évident entre deux rayons et trois caddies.

Une opération grand public

Vous pouvez l’appeler « février en mode petits pas pour grands effets » si vous voulez, chacun à son rythme, Leïla Rölli ne dit pas autre chose, imaginez d’ailleurs qu’on soit une majorité à tester…ce serait déjà incroyable…imaginez..

► Pour retrouver la version longue de l’interview de Leïla Rölli, porte-parole de "Février sans supermarché", c'est sur  ID (l'Info Durable)

► Vous connaissez une initiative qui peut participer à la transition écologique ? Contactez Valère Corréard.