Dans un contexte où le monde d’après ressemble quand même pas mal au monde d’avant…mais pas tout à fait quand même. Au quotidien on le constate, une petite musique monte et les lignes bougent un peu que ce soit dans nos assiettes, nos habitudes de consommation, et le tourisme n’est pas en reste.

Des vacances écoresponsables, moins loin et plus proches de la nature : où partirons-nous dans "le monde d'après" ?
Des vacances écoresponsables, moins loin et plus proches de la nature : où partirons-nous dans "le monde d'après" ? © Getty

C’est en effet ce qui ressort de la grande majorité des sondages, comme celui-ci réalisé par IFOP sur le tourisme durable

Pour 61% des Français la préservation de l’environnement est une préoccupation plus forte qu’avant la crise sanitaire ;

44% sont prêts à payer plus cher pour voyager responsable ;

88% sont favorables à la mise en place de quotas ou de restrictions de visites à certains sites pour préserver leur environnement ;

Mais pour 88% des sondés c’est avant tout aux professionnels du tourisme de s’occuper de la réduction des impacts de leurs activités sur l’environnement.

Des professionnels du tourisme en transition

C’est vrai. Je vous avais d’ailleurs parlé sil y a quelques mois des alternatives au géant Airbnb avec Vaovert ou encore We Go Greenr. Il y a aussi Abracadabraroom qui propose des logements alternatifs, insolites aussi avec des cabanes dans les arbres, des bulles, des tiny houses ou encore des tipis…Pour le fondateur de cette plateforme, Nicolas Sartorius, la tendance tourisme durable n’est pas nouvelle, mais la crise a été un accélérateur de particules.

Tourisme durable: les prérequis 

La destination bien sûr, autant privilégier un lieu plutôt proche et qui n’est pas déjà sous tension du tourisme de masse.

Côté hébergement, vous savez désormais qu’il existe des plateformes spécialisées mais aussi des labels qui sont de bons repères (Ecolabel européen, la Clef verte, Agir pour un Tourisme Responsable…).

Le mode de transport est un enjeu on le sait : pour se rendre sur son lieu de vacances le mieux est de privilégier le train, ou encore la voiture mais à plusieurs. Et une fois sur arrivés, place à la mobilité active pour des vacances sportive…par exemple le vélo dans les Landes, je crois qu’il n’y a pas mieux vu les pistes cyclables.

Enfin, sur place, rien ne nous empêche de garder nos bonnes habitudes notamment en essayant de consommer local et sur ce point un conseil , allez jeter un œil sur le site collaboratif voyagir.org, vous y trouverez quelques bons plans selon votre destination, avec la possibilité de partager les vôtres ! 

► Retrouvez la version longue de l’interview de Nicolas Sartorius, fondateur d'Abracadabraroom ici.

► Vous connaissez une initiative qui peut participer à la transition écologique ? Contactez Valère Corréard.