En compilant plusieurs études récentes, on apprend qu’un Français sur trois passe plus de 5 heures par jour devant un écran, qu’on dort en moyenne 6h42 ou encore que le travail est le premier motif de stress invoqué. Et si on ralentissait ?

Ralentir quand tout va trop vite
Ralentir quand tout va trop vite © Getty

Je vais donc maintenant enfoncer une porte ouverte : nous vivons dans une société de l’accélération, de la vitesse, de la performance et ce n’est pas tenable…d’ailleurs on a tous réalisé que ralentir n’est pas forcément mourir depuis mars 2020. Aujourd’hui, nous sommes probablement plus que jamais face à une urgence : changer de rythme.

Il existe des mouvements qui prônent ce changement de rythme justement.. 

Avec un anglicisme systématique, donc pardon d’avance : slow life, slow food, slow tourisme, slow cosmétique, slow sexe, slow business ou encore slow fashion.

La liste est longue ! Il faut dire que le bilan est là et qu’on ne parle pas d’un vernis de plus pour se donner bonne conscience, c’est du sérieux puisque nous serions un peu piégés finalement, un piège dans lequel nous nous sommes mis nous-mêmes pour Sébastien Bohler, docteur en neurosciences, Rédacteur en chef de la revue Cerveau et Psycho.

Pourtant on entend aussi dire que nous n’avons jamais eu autant de temps disponible…

Oui mais il faut nuancer cette réalité. D’abord on peut s’intéresser à la qualité de ce temps. La question de la porosité entre la vie personnelle et la vie professionnelle est symptomatique de ce point de vue. Et puis, il y a la question de la manière dont on utilise ce temps : à multiplier les activités pour nous ou nos enfants, derrière un écran…tout cela prend un temps fou, quitte à en manquer à l’arrivée.

Que peut-on faire alors pour sortir de cette impasse ?

Rien. Justement, pas maintenant tout de suite…puisque la radio c’est comme la nature, elle a horreur du vide…Mais le chemin est pourtant celui-ci pour Sébastien Bohler, docteur en neurosciences.

► Retrouvez la version longue de l’interview de Sébastien Bohler, docteur en neurosciences  ici.

► Vous connaissez une initiative qui peut participer à la transition écologique ? Contactez Valère Corréard.

Les invités
  • Sébastien BohlerDocteur en neurosciences et rédacteur en chef de la revue "Cerveau et Psycho".
Thèmes associés