Quoi de mieux que finir cette année tout en métamorphoses ! C’est là le thème de cette émission pour le Réveillon du 31 produite par Élodie Font : promis, on fait une entorse radiophonique au couvre-feu pour vous accompagner jusqu’à 23h30 ! Au programme : festivité, légèreté et surprises. 3, 2, 1 : va, vis et 2021 !

Bye Bye 2020
Bye Bye 2020 © Getty

Vous êtes seul.e, en famille ou entre ami.e.s, chez vous, sur les routes ou dans les airs, suivez notre émission en direct ou bien retrouvez des podcasts de certain.e.s invité.e.s où vous découvrirez quelques surprises (c’est cadeau pour la nouvelle année : plus de sons, plus de témoignages, plus d'histoires !)

Mais pour l’heure, on vous prévient tout de suite : ceci n’est pas une émission, c’est une métamorphose ! Car toutes et tous ensemble, on va métamorphoser 2020 en 2021 ! C’est parti !

Acte I : le déclic

C’est quoi, ce petit murmure qui déclenche la métamorphose ? Une envie de changement soudain, de quitter son quotidien, de prendre un peu l’air, et voilà que les bras tantôt réconfortants tantôt intrigants tantôt époustouflants de la métamorphose nous accueillent et nous enlacent.

Margaux Motin, l’autrice de la récente bande-dessinée humoristique Le printemps suivant aux éditions Casterman nous embarque dans les récentes mutations qu’elle a insufflées dans sa vie. 

Systématiquement, la métamorphose m'évoque la chenille et le papillon. (Margaux Motin)

Puis ce sera au tour de Johann Zarca de nous raconter son parcours pour arrêter l'usage des drogues, qui ont peuplé ses récits, notamment dans l'ouvrage Paname Underground aux éditions Goutte d'or qui lui valut le Prix de Flore en 2017.

J'ai l'obsession du produit, la modération c'est pas pour moi. (Johann Zarca)

Acte II : la métamorphose

On y est, dans la métamorphose, la vraie ! Le temps de se transformer en papillons, en loups-garous, ou en rien du tout ! Seulement pour le plaisir et l’envie de se métamorphoser !

Parce qu’on connaît toutes et tous de célèbres métamorphoses : du fallacieux Jupiter qui se fait pluie d’or pour séduire Danaé à la nymphe Daphné changée en laurier par un Apollon amoureux chez Ovide ; du personnage d’Orlando de Virginia Woolf dans sa longue épître langoureuse au terrible et réprouvé cancrelat de Franz Kafka, aka Gregor Samsa. 

Alors oui, la métamorphose est plurielle et variée, onirique ou effroyable, mais elle est toujours fascinante et source de questionnements sur soi, son environnement, la société. 

C’est pourquoi on retrouvera dans cette partie une danseuse étoilée, Léonore Baulac

J'espère que tout le monde a réussi à être indulgent avec soi durant cette année vraiment pourrie ! (Léonore Baulac)

Mais aussi une artiste contemporaine, la fantasque ORLAN qui nous expliquera, entre autres, l’enjeu de ses opérations esthétiques dans les années 1990 pour modifier sa physionomie :

La mutation totale, c’est prendre conscience de soi-même et sortir du cadre. (ORLAN)

Et ce n’est pas tout : il y a également Béatrice Denaes, journaliste, qui reviendra sur le parcours de sa transition de genre et sur la transidentité au travers de son ouvrage Ce corps n'était pas le mien (éditions First, novembre 2020) ou encore l’historien Georges Vigarello pour nous éclairer sur les pratiques corporelles et représentations au long terme. 

On ne peut pas continuer à jouer une comédie dans un corps qui n’est pas le sien. (Béatrice Denaes)

C’est le fait de transformer avec de la couleur, des produits, des soulignements de certains traits son visage de telle façon qu’on est l’artiste de soi-même. (Georges Vigarello)

Ce qui ressemble à la métamorphose aboutit en fait à l’assomption de l’identité. (Georges Vigarello)

Le corps, oui, c’est un lieu sillonné et labouré par les métamorphoses. Et puis se présentent des changements inopinés, incroyables et fulgurants liés à l’imprévisibilité de la vie. 

C’est ce que viennent nous raconter Léna Situations et Ramdane Touhami aux parcours étrangement populaires et ascensionnels. 

Ma soirée ressemble à une soirée sympathique avec mon copain et une belle robe à paillettes. (Léna Situations)

Je n’arrête pas de me métamorphoser, mais je pense que c’est le moment où j’ai quitté la rue et que je suis revenu sous un toit : c’est le moment le plus important de ma vie. (Ramdane Touhami)

Je pense que dans la vie il faut 80% de culot et 20% d’idées. (Ramdane Touhami)

Acte III : l’envol ou la chute

Voilà, on s’interroge, on se métamorphose : et qu’est-ce qu’il y a après la réinvention, la transformation, la mutation ? Des doutes, peut-être. Une émancipation, sûrement. Des récits et des messages, surtout !

2020 a été plein d’enseignements, de cadeaux, de recadrages personnels et familiaux. (Anne Cazaubon)

C’est important de regarder les adjectifs que je souhaiterais incarner dans cette année qui se profile. (Anne Cazaubon)

Alors on écoute une coach en développement personnel, Anne Cazaubon ainsi que le biathlète et quintuple champion olympique (rien que ça ! ça donne des idées de bonnes résolutions) Martin Fourcade qui vient de faire paraître aux éditions Marabout son ouvrage Un dernier tour de piste.

La principale difficulté est liée à notre identité, parce qu’on change d’identité en quelques jours, du jour au lendemain, j’ai envie de dire, et on passe de sportifs de haut niveau (…) à qu’est-ce que tu fais ? (Martin Fourcade)

Et au détour de ces trois actes, des témoignages, des lectures, vos histoires et un entracte des plus captivants en compagnie de l’actrice Virginie Efira qui s’est exprimée sur les diverses métamorphoses de sa carrière à la télévision puis au cinéma. 

La métamorphose, c’est quand même l’abandon d’une forme de docilité, et l’apprentissage d’une liberté. (Virginie Efira)

Retrouvez les interviews intégrales de Margaux Motin, Johann Zarca, Léonore Baulac, Béatrice Denaes, Martin Fourcade et Virginie Efira en podcasts pour découvrir des propos inédits sur leurs métamorphoses !

Va, vis et bonne année à toutes et à tous ! 

Programmation musicale

Musique d’indicatif : « Apollo » de l’Or du Commun (prod. de Vax 1)

  • Queen - "I Want To Break Free" - 1984
  • Ian Dury - "Sex & Drug & Rock & Roll" - 1977
  • Léon Minkus - Ballet "La Bayadère" - Le Royaume des ombres / partie I - 1877
  • Kae Tempest et High Contrast - "Time" - 2020
  • Spice Girl - "Wannabe" - 1996
  • Michael Jackson - "Don't Stop 'Til You Get Enough" - 1979
  • David Bowie - "Let's Dance" - 1983

Pour écouter tous les bonus de cette émission, mettez ce podcast en favori sur l’application Radio France, disponible sur iOS et Android, ou via le fil RSS

A suivre ensuite...

Les invités
Programmation musicale
Les références
L'équipe
Thèmes associés