L'auteur de "La Lutte initiale", le philosophe nous invite à devenir "l'acteur dégagé" de nos existences

La sagesse en temps troublé
La sagesse en temps troublé © Radio France / Deimagine

L'intro-fiction de Charles Pépin 

Je voudrais vous raconter l’histoire d’une libération ou plutôt, l’histoire d’un homme. C’est un bel esprit, une belle machine intellectuelle, le genre de cerveau qui fait des plans en trois parties comme d’autres des mots fléchés, qui feuillette le Proslogion de Saint Anselme comme un hebdo de presse people. Sauf qu’aujourd’hui la machine est enrayée, il bloque, il buggue. 

Il cherche une idée qui ne vient pas, il la sent pas loin mais elle lui résiste, elle lui résiste tant qu’il souffre de tensions dans les épaules, dans la nuque. Plus il veut la trouver, plus elle lui échappe, lui se crispe sur son clavier, le dos voûté, le ventre noué. Et le temps presse et l’oppresse, et son exaspération se change en angoisse… Son métier c’est de trouver des idées, qu’est-ce qu’il va devenir s’il n’en trouve plus ?  

Et puis, un ange passe… Est-ce simplement qu’il a regardé par la fenêtre et a été surpris par la forme de ce nuage ? Est-ce son corps qui lui a dit stop ? Est-ce un coup de chance, une idée qui passe et aurait pu tout aussi bien ne jamais pointer son nez ? Toujours est-il qu’il se lève de sa chaise, s’adresse aux autres habitants de son open space et leur dit qu’il revient, le temps de faire une course et il revient. Mais il n’a pas de course à faire, il se retrouve dehors, s’engage dans une rue et puis une autre et commence à longer le bois. 

Il marche, il marche et peu à peu les choses reprennent leur place. 

Il marche comme dans cette chanson de Ben Mazué et il a cette impression de revivre en dix minutes ce que son espèce a vécu en des milliers d’années : il se redresse. Il déplie sa colonne vertébrale, lève le menton vers le ciel, il respire et peu à peu règle sa respiration sur son pas, c’est comme la brasse coulée dans les premières secondes, il faut un temps d’adaptation avant de trouver son rythme, son tempo, avant de ne plus penser à rien, ses jambes pensent pour lui, ses jambes et ses mollets, son souffle pense pour lui - il marche, il marche et peu à peu les choses reprennent leur place. 

Il a complètement oublié l’idée qu’il cherchait, complètement oublié qu’il cherchait une idée, et c’est alors qu’elle vient, comme une fleur éclose sur la présence retrouvée, comme un sourire ou une évidence, un printemps triomphant quand il efface l’hiver, elle vient comme le désir revient quand on arrête de se forcer, quand on se met en état, simplement, d’accueillir ce qui est. Mais comment y arriver ? 

Comment trouver cette sagesse au cœur même du tumulte ?

Pour en parler ce matin, j’ai la joie de recevoir Philippe Nassif, philosophe et essayiste, qui nous a rejoint sous le soleil de Platon pour nous aider à répondre à cette belle question : 

Comment trouver la sagesse, ou au moins l’équilibre, au cœur d’un temps troublé ? 

Charles Pépin - Philippe Nassif
Charles Pépin - Philippe Nassif © Radio France / Estelle Gapp - Aurore Juvenelle

▶︎ LIRE 📖   La Lutte initiale - Quitter l'empire du nihilisme de Philippe Nassif, éd. Denoël (2011) 

L'équipe