[scald=9731:sdl_editor_representation]Roland BIJAOUI "Un intellectuel assis, écrivait Michel Audiard, va moins loin qu'un con qui marche." Bien qu'il n'éprouve aucun faible pour la bêtise, et qu'il n'ait rien contre les intellectuels, Roland Bijaoui est un homme en marche. Cancre notoire, "moustique" à l'affût des quatre cents coups, un peu farceur, un peu voyou : rien ne destinait ce petit Tunisien, débarqué en France à 7 ans, à diriger la communication de deux grands groupes de restauration. Les "soupers-spectacles", Hippo Ciné, Flo Théâtre, c'est lui. Episode parmi d'autres d'une carrière riche en métamorphoses : armé de son seul culot, parachuté le Procope à Avoriaz et remis le spectacle à l'heure des nuits gourmandes, puis c'est l'aventure du cinéma : il codistribue des films d'Alexandre Arcady et d'Elie Chouraqui. Avec La Haine de Kassovitz, il gravit les prestigieuses marches du Festival de Cannes, avant de servir des merguez aux stars de la Croisette... Il gagne, il perd, il se ruine. Il repart à l'attaque,

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.