[scald=9957:sdl_editor_representation]Jean-Louis TRINTIGNANT Il lit le « Journal » de Jules Renard avec trois comédiens sur la scène du Rond-Point. A 77 ans, Jean-Louis Trintignant ne joue plus que pour l'amour du texte. Hors les planches, il aime autant ne pas se faire entendre. Jean-Louis Trintingnant s'est fait violence pour venir passer quelques semaines à Paris. Il loge dans un hôtel proche du théâtre et s'aventure peu dans la capitale. Il vit à plein-temps dans le Gard. « Je m'occupe de mes arbres, je ne parle à personne là-bas. » Parce qu'il n'y a personne avec qui parler. « J'ai fait ce spectacle pour épater ma femme, s'amuse-t-il. Et je crois que je l'ai épatée ! Mais je pense que je vais arrêter là. Je suis vieux. J'ai peur de craquer, de ne pas tenir. » Il en faut, de la douceur, pour commettre un tel aveu. Du mardi au samedi à 18 h 30 au Théâtre du Rond-Point, 2 bis, avenue Franklin-Delano-Roosevelt, Paris VIIIe. Jusqu'au 19 avril. Places : de 10 à 33 €. Tél. 01.44.95.98.21.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.