Des étudiants des Beaux-Arts ont décidé de peindre une grande fresque sur les murs de leur université, détruite en partie pendant la guerre.

Photo prise le 21 février 2020 de la mosquée des Omeyyades à Mossoul, la plus ancienne de la ville du nord de l'Irak.
Photo prise le 21 février 2020 de la mosquée des Omeyyades à Mossoul, la plus ancienne de la ville du nord de l'Irak. © AFP / Zaid AL-OBEIDI

Les terroristes du groupe Etat Islamique ont été défaits il y a plus de deux ans, et ont déserté leur ancienne capitale en Irak, mais Mossoul peine à se reconstruire. Des bâtiments éventrés, des impacts de balles dans les murs, la ville porte encore les stigmates des combats, et de nombreux monuments ont été réduits en poussière.

Alors des étudiants des Beaux-Arts ont décidé de repeindre les murs, de créer une grande fresque très colorée, pour tourner la page. Ils se sont inspirés des motifs de bâtiments détruits dans la vieille ville.

Sous les radars également :
La police multiplie les opérations contre les « usines à bébés » au Nigeria.

A Taïwan, un grand concours de danse en fauteuil roulant est l'occasion de rappeler aux personnes handicapées à quel point il est important de faire de l'exercice quand on est en fauteuil.

Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.