Les Américains n'ont pas seulement voté pour choisir leur futur président, ils ont aussi voté pour des milliers de referendums locaux.

Un bureau de vote par anticipation à Union Station, Los Angeles, le 24 octobre 2020.
Un bureau de vote par anticipation à Union Station, Los Angeles, le 24 octobre 2020. © AFP / VALERIE MACON

Ce 3 novembre était le jour de l'élection présidentielle, mais aussi le jour des élections de sénateurs et de représentants au Congrès, ou encore de gouverneurs. Sans oublier les milliers de référendums soumis aux électeurs.  Ces propositions sont l'occasion d'une autre démocratie, plus directe, qui ne passe pas par el Congrès. C'est aussi un outil pour les lobbyistes, et une occasion parfois pour les entreprises de contourner les lois.

Ainsi une proposition en Californie a été soumise par Uber, contre la loi entrée en vigueur en janvier dernier, qui oblige la plateforme à salarier ses chauffeurs. L'application veut garder des chauffeurs indépendants. Sa proposition a été approuvée par les électeurs, une grande victoire pour le géant des VTC.

Autre enjeu, la légalisation de la marijuana, elle s'étend à de nouveaux Etats comme le New Jersey ou l'Arizona. L'Oregon va même plus loin et décriminalise la possession de drogues dures comme l'héroïne ou la cocaïne.

Thèmes associés