Le pays africain est souvent cité comme un exemple de tolérance religieuse, le règlement de cette école catholique fait polémique.

L'Institution Sainte-Jeanne-d'Arc à Dakar refuse les élèves voilées, d'après un nouveau règlement polémique (4/9/2019)
L'Institution Sainte-Jeanne-d'Arc à Dakar refuse les élèves voilées, d'après un nouveau règlement polémique (4/9/2019) © AFP / Seyllou

L'Institution Sainte-Jeanne-d'Arc a adopté un nouveau règlement. Depuis la rentrée, garçons et filles doivent venir en classes tête nue.

Le Sénégal est une ancienne colonie française, aujourd'hui officiellement "une République laïque, démocratique et sociale." Plus de 90% de la population est musulmane, beaucoup se revendiquent de l'islam soufi. Les relations avec les autres religions, le catholicisme principalement, se font sans aucun accroc. Au Sénégal, vous ne verrez pas beaucoup de femmes voilées, souvent elles se coiffent d'une perruque ou d'un foulard assorti au tissu de leurs robes traditionnelles. Très peu de hijab aussi, le voile qui laisse voir l'ovale du visage, seules les Sénégalaises les plus rigoristes et les étrangères le portent. Le voile intégral, lui, est interdit depuis quatre ans.

Or à Sainte-Jeanne-d'Arc, on a accepte tous les élèves, peu importe leurs croyances. Mais il y a un uniforme, et dans le règlement, il est précisé "tête découverte pour les filles comme pour les garçons." Les religieuses catholiques qui y travaillent portent pourtant le voile. La direction joue sur les mots, se plaignent les parents, "elle ne mentionne pas l'interdiction du voile, mais dans les faits c'est ça", regrette un père d'une élève renvoyée.

En mai dernier, quand la direction avait publié son règlement, le ministre de l'Education Nationale Mamadou Talla avait lui aussi évoqué des actes "discriminatoires d'ordre socio-culturels", et avait promis de mettre un terme à de telles situations. Là le ministère affirme qu'une médiation est en cours.
Le Sénégal, "connu pour sa tolérance religieuse, doit garder sa réputation" a pour sa part réagi le Défenseur des Droits de l'Homme sénégalais.

Sous les Radars ce soir aussi :   Une journaliste arrêtée au Maroc, elle est accusée d’avoir avortée.   En Italie, le nouveau ministre des Finances s’y connaît aussi en musique. 

Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.