Le parlement est accusé de brader les réserves en hydrocarbures du pays avec la loi Hydrocarbures.

Manifestation contre le projet de loi Hydrocarbures après la présentation par le gouvernement algérien, Alger, le 13 octobre 2019.
Manifestation contre le projet de loi Hydrocarbures après la présentation par le gouvernement algérien, Alger, le 13 octobre 2019. © AFP / FAROUK BATICHE / ANADOLU AGENCY

Les députés débattent de la nouvelle loi Hydrocarbures depuis hier, une réforme des cadres juridiques et fiscaux pour encourager les investisseurs étrangers à revenir en Algérie.

Les manifestants qui réclament depuis des mois le départ du système Bouteflika, toruve ici un nouveau mot d'ordre pour accuser la classe politique de brader les richesses du pays et d'en priver la population.

Sous les Radars également ce soir :
Une route migratoire dont on parle peu, celle de centaines de milliers d’Éthiopiens, ils rêvent d’Arabie Saoudite, mais se retrouvent bloqués bien souvent dans un Yemen en guerre.

Un clip de musique tournée dans l’une des plus grandes décharges de la planète, Mbeubeuss, près de Dakar au Sénégal.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.