Le pays compte trop de spécimens sur son territoire, frappé par la sécheresse. D'où la décision du gouvernement de mettre en vente 170 pachydermes, vivants et sauvages. Il promet de consacrer l'argent récolté à la protection des espèces sauvages.

Les éléphants ont pu se reproduire car ils ont été très protégés ces dernières années en Namibie (28/05/2018)
Les éléphants ont pu se reproduire car ils ont été très protégés ces dernières années en Namibie (28/05/2018) © AFP / DIDIER COUVERT & MURIEL MOREAU / BIOSPHOTO / BIOSPHOTO

Un encart publicitaire dans le quotidien du gouvernement annonçait la semaine dernière "170 éléphants de grande valeur proposés à la vente". C'est une décision du ministre de l'Environnement Pohamba Shifeta : "Ce que l'on a appris pour la Conservation de la vie sauvage, c'est qu'il faut des habitats suffisants pour ces animaux". Or, la Namibie est frappée de plein fouet par le réchauffement climatique et les épisodes de sécheresse. Les éléphants et les humains sont de plus en plus en conflit dans les zones encore vivables.

Ce ministre a été contesté, car dans un premier temps, il avait autorisé l'abattage d'éléphants mâles. Il faut reconnaître qu'en 1990, lors de l'indépendance, on ne comptait plus que 5000 éléphants dans le pays ; les effectifs ont été multipliés par six depuis, selon le chiffre des autorités, grâce à un programme efficace de protection saluée dans le monde entier. 

Aujourd'hui, la Namibie est victime de son succès et promet qu'elle vendra ses éléphants dans des pays où les conditions sont propices et conformes aux conventions et chartes de protection de la vie sauvage. Le pays a déjà mis en vente des buffles, des girafes et quelques éléphants l'an dernier. L'argent récolté est consacré à la conservation des espèces. 

Sous les radars également ce soir

Le trésor des Guelfes au  menu de la Cour Suprême des Etats-Unis. Les descendants d'un marchand d'art juif qui a vendu ces objets précieux aux nazis en 1935 veulent faire annuler la transaction, commise sous contrainte disent-ils. L'Allemagne, où sont exposés les oeuvres d'art, dément, et compte bien garder ce trésor.

Et le fado est menacé au Portugal, les chanteurs ne peuvent plus travailler.

Programmation musicale
Thèmes associés