Depuis quelques jours les manifestations dégénèrent en affrontements violents.

Un manifestant lance une pierre sur la police lors de rassemblements contre les mesures économiques annoncées par le président Lenin Moreno, le 4 octobre 2019 à Quito, Equateur.
Un manifestant lance une pierre sur la police lors de rassemblements contre les mesures économiques annoncées par le président Lenin Moreno, le 4 octobre 2019 à Quito, Equateur. © AFP / Rafael Rodriguez / NurPhoto

Les autorités regrettent le premier mort, hier, en marge des rassemblements d’Équatoriens contre l'augmentation des tarifs de l'essence et du gazole. Les prix à la pompe ont doublé, à cause d'un accord conclu avec le FMI. L'Etat s'est engagé à renoncer aux subventions sur les carburants en échange de crédits accordés à hauteur de plus de quatre milliards de dollars.

Le mouvement est parti du secteur des transports. Les paysans, les étudiants et les opposants politiques s'en mêlent désormais. Les communautés indigènes rejoignent également la protestation et accusent l'Etat d'abuser des ressources naturelles de leurs territoires.

Sous les radars aussi :
Des réfugiés burundais en Tanzanie sont rapatriés dans leur pays, parfois de force,

Et Vladimir Poutine fête son anniversaire avec une promenade bucolique dans la taïga.

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.