Depuis cinq mois, 66 politiques ont été assassinés, victimes des gangs mafieux.

Un électeur vote à Ciudad Victoria, Mexique (4 juillet 2010)
Un électeur vote à Ciudad Victoria, Mexique (4 juillet 2010) © Maxppp / JORGE

Les candidats qui ne voudraient pas se mettre sous le giron des criminels et des trafiquants risquent leur vie. La semaine dernière, deux candidats à des mairies ont été tués, le jour même où les autorités font un bilan alarmant des attaques contre la classe politique.

Sous les radars aussi ce soir, dans le plus grand lupanar du Bangladesh, des prostituées tentent de convaincre leurs consoeurs de se faire vacciner contre la Covid-19.

Et les deux chiens du président Joe Biden ont été virés de la Maison Blanche, car le plus jeune aurait mordu un agent de sécurité.

Thèmes associés