Le Mali a accusé les douanes américaines d'avoir détruit la kora du musicien Ballaké Sissoko, avant de se rétracter.

Le joueur de kora Ballake Sissoko au Festival Musiques Métisses à Angoulême le 01/06/01.
Le joueur de kora Ballake Sissoko au Festival Musiques Métisses à Angoulême le 01/06/01. © Maxppp / Alain Bourron

Quand il a atterri à Paris la semaine dernière, le maître malien de la kora, Ballake Sissoko a eu la très mauvaise surprise de découvrir son instrument en morceaux. La calebasse d'un côté, le chevalet et les cordes démontées, et avec l'étui, un mot des services de la sécurité des transports.

Bamako a demandé réparation à Washington, car cet instrument est une pièce unique, sur mesure pour le grand musicien.
Mais depuis ce weekend, les échanges ont baissé d'un ton, le ministère malien de la Culture a retiré son communiqué véhément. Ballaké Sissoko lui-même confirme que les fautifs pourraient être la compagnie aérienne et pas les douaniers.

En attendant, il n'a plus d'instrument pour ses enregistrements en studio et ses concerts à la fin du mois en France. Une nouvelle kora doit lui être envoyée.

Sous les radars également ce soir :
Le mimosa a trop d’avance en Italie, à cause du réchauffement climatique, une difficulté pour les producteurs.

Et toujours en Italie, des Pingouins chanteurs prennent leur revanche sur Matteo Salvini, les Pinguini Tattici Nucleari arrivent troisième au Festival de San Remo, et clouent le bec du dirigeant d'extrême-droite.

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.