La jeune mère de famille a été prise comme bouclier humain par des policiers, la vidéo est devenue virale.

Affrontements entre jeunes et policiers à Conakry le 5 mars 2020.
Affrontements entre jeunes et policiers à Conakry le 5 mars 2020. © AFP / CELLOU BINANI

Depuis le 29 janvier, son visage est devenu un symbole de la contestation en Guinée, un symbole des violences des policiers contre les manifestants. Fatoumatah Bah a servi de bouclier humain à trois policiers dans un quartier de Conakry. Les images de la vidéo ont circulé dans tout le pays depuis.

« Quand je sors, on me pointe du doigt et mes enfants aussi. On dit :Voilà la femme qui a été prise comme bouclier”[...] C’est une page de ma vie que j’ai envie de tourner maintenant », déclarait Fatoumata Bah le 26 février à l’AFP. 

La vidéo a permis de constater les abus dont sont responsables les forces de sécurité en Guinée depuis le début de la contestation, qui dure depuis 3 ans déjà. 

De nombreux Guinéens se révoltent contre le président Alpha Condé, il veut modifier la constitution pour briguer un troisième mandat. Le référendum constitutionnel prévu le 1er mars avait été repoussé à dimanche prochain. Il est encore ajourné.

Sous les radars ce soir également :
Aux Philippines, des enfants qui ont perdu un parent dans la guerre anti-drogue de Rodrigo Duterte se reconstruisent grâce à une chorale. 

Une Brésilienne de Sao Paulo a créé une favela verte, des solutions écologistes contre la misère.

ALLER PLUS LOIN

ÉCOUTER | La Guinée condamne des opposants à la prison

Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.