Les autorités de New Delhi décrètent la circulation alternée pour tenter de contenir les pics d'émissions toxiques.

Des Indiens partent travailler le matin en plein smog, un nuage de pollution à Amritsar (13/02/2019)
Des Indiens partent travailler le matin en plein smog, un nuage de pollution à Amritsar (13/02/2019) © AFP / NARINDER NANU / AFP

Octobre et Novembre sont synonymes de pollution en Inde, d'abord à cause de facteurs naturels (froid, vents) et humains, comme les brûlis agricoles, les émissions industrielles et causées par le trafic routier. Mais surtout la fête de Diwali, la fête des Lumières hindoue, l'occasion pour les Indiens de craquer de nombreux pétards, rend l'atmosphère irrespirable.

Le gouvernement local de la mégapole indienne décrète la circulation alternée.

En Inde, la pollution a été responsable d'1,2 millions de morts prématurées.

Sous les radars également :   En Colombie la police se bat contre les vendeurs d’amulettes, trafiquants des espèces sauvages.

En Russie des prêtres ont largué 70 litres d’eau bénite sur une ville pour combattre l’alcoolisme.

Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.