Le pouvoir hindou veut donner la citoyenneté aux réfugiés venus des pays voisins, sauf s'ils sont musulmans.

Des militants de groupes étudiants de gauche manifestent contre la loi sur la citoyenneté à Kolkata, le 17 décembre 2019.
Des militants de groupes étudiants de gauche manifestent contre la loi sur la citoyenneté à Kolkata, le 17 décembre 2019. © AFP / Dibyangshu SARKAR

Des manifestations massives ont lieu depuis une semaine en Inde contre la loi sur la citoyenneté. Le gouvernement de Narendra Modi a décidé d'offrir la citoyenneté indienne à tous les réfugiés venant d'Afghanistan, du Bangladesh ou du Pakistan. A tous, sauf à ceux qui sont musulmans. Colère immense de la communauté musulmane qui y voit une nouvelle attaque de la majorité hindoue et du pouvoir nationaliste.

Les populations vivant dans les zones frontalières craignent un afflux de migrants hindous, qui perturberait le fragile équilibre inter-communautaire dans ces zones.

Narendra Modi multiplie les attaques contre la minorité musulmane depuis son arrivée au pouvoir.

Sous les radars également ce soir :
Macao la docile célèbre les vingt ans de sa rétrocession à la Chine, contre-exemple parfait de Hong Kong.

Un vendeur de durian s’inspire de Maurizio Cattelan en scotchant un fruit au mur, mise à prix 120 000 dollars, et ce slogan « Looks like Art, Smells like fart » ("De l'art en apparence, l'odeur des flatulences")

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.