Ingrid Escamilla, 25 ans, a été tuée et dépecée par son compagnon. Une affaire parmi des centaines d'autres dans le pays.

Manifestation pour protester contre les violences contres les femmes après la mort d'Ingrid Escamilla à Mexique (14 février 2020)
Manifestation pour protester contre les violences contres les femmes après la mort d'Ingrid Escamilla à Mexique (14 février 2020) © AFP / PEDRO PARDO

Des féministes manifestent depuis quelques jours au Mexique pour dénoncer la  mort atroce d'ingrid Escamilla, 25 ans, tuée, dépecée, ses organes jetés aux toilettes par son compagnon.

Les associations féministes dénoncent d'abord la passivité des pouvoirs publics, l'inaction des gouvernants, et accuse le Mexique d'être un "Etat-féminicide". Plus d'un millier de femmes ont été assassinées l'an dernier.

Les médias sont également la cible de ces manifestantes, car des journaux ont publié les photos du corps mutilé d'Ingrid Escamilla. 

Sous les radars ce soir également :
En Afrique du Sud, un ex-président Frederik de Klerk affirme que l’apartheid n’est pas crime contre l’humanité, tollé dans la nation arc-en-ciel.

La compagnie aérienne scandinave SAS provoque un tollé avec un spot de pub jugé anti-patriotique.

Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.