Surnommé "Terminator", il est le stratège de la victoire sanglante sur les Tigres Tamouls.

Le président Gotabaya Rajapaksa prête serment au temple bouddhiste Ruwanwelisaya à Anuradhapura, au Sri Lanka, 18 novembre 2019.
Le président Gotabaya Rajapaksa prête serment au temple bouddhiste Ruwanwelisaya à Anuradhapura, au Sri Lanka, 18 novembre 2019. © AFP / Lakruwan WANNIARACHCHI

Gotabaya Rajapaksa, le nouveau président du Sri Lanka, a été élu ce weekend, à l'issue d'une campagne très polarisée. Celui qui est identifié comme le vainqueur sur la rébellion tamoule était soutenu par la majorité cinghalaise. Les Tamouls et les musulmans ont voté pour son rival, en vain.

Gotabaya Rajapaksa est le frère du président Mahinda Rajapaksa qui était au pouvoir lors de la guerre final contre les Tigres (2005 - 2015). Gotabaya est accusé de crimes de guerre, d'avoir dirigé les "escadrons de la mort" contre les opposants et les journalistes.

Elu samedi, il a prêté serment ce matin dans un stupa hautement symbolique, lestupa bouddhiste Ruwanweliseya de la ville d'Anuradhapura, située à environ 170 kilomètres au nord de la capitale Colombo.  Plus grand stupa du Sri Lanka, ce monument politico-religieux dont les origines remontent à plus de 2 000 ans aurait été construit par le roi Dutugemunu, vénéré par la majorité cinghalo-bouddhiste du pays pour avoir vaincu un roi tamoul indien venu envahir l'île.

Sous les Radars ce soir également :
Qui veut la peau des ânes africains ? Les Chinois, pour leur médecine traditionnelle : une catastrophe environnementale et sociale au Kenya par exemple.

Un chanteur de K-Pop banni, exilé aux Etats-Unis, Steve Yoo est autorisé à revenir en Corée du Sud, mais son refus de faire son service militaire reste très impopulaire dans l'opinion publique.

Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.