Ces femmes ont perdu leurs maris, tués par des félins, elles doivent ensuite endurer l'ostracisation de leurs voisins.

Une empreinte de tigre dans la région des Sundarbans entre l'Inde et le Bangladesh (04/03/2010)
Une empreinte de tigre dans la région des Sundarbans entre l'Inde et le Bangladesh (04/03/2010) © AFP / DESHAKALYAN CHOWDHURY

Comme une double peine, aujourd'hui dénoncée par des ONG : les "veuves de tigres" sont exclues de leurs communautés, de leurs villages, après la mort de leur mari, victimes de tigres du Bengale. Selon les vieilles superstitions, elles seraient responsables de la mort de leurs époux, et porteraient malheur à tous ceux qu'elles approcheraient.

Certaines sont même abandonnées par leurs enfants. Elles doivent survivre, sans pouvoir travailler comme elles souhaitent.

Les attaques de tigres contre les humains se multiplient, à cause des villages qui s'étendent sur leur territoire, les tigres se défendent férocement. Le réchauffement climatique est également responsable de l'érosion des terres, la mer monte dans le golfe du Bengale, les bêtes sauvages vont chercher leur nourriture dans les villages.

Sous les radars également ce soir :
Le classement Forbes des femmes les plus riches de Russie rebat les cartes, la nouvelle plus grosse fortune a bâti son empire lors de son congé maternité, en créant un site de vente en ligne. Rien à voir avec les matières premières ou la corruption, comme c'était souvent le cas depuis la chute de l'URSS.

► Les préparatifs du carnaval sont bien peu festifs en Haïti, le pays rongé par la crise économique et la paralysie politique. Des policiers ont incendié presque tous les stands dans le centre de Port-au-Prince.

Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.