Le mouvement pro-démocratie a durci le ton ces derniers jours, et n'hésite plus à critiquer frontalement la monarchie.

Des militants pro-démocratie posent devant la plaque installée près du Palais Royal pour dénoncer la toute-puissance de la monarchie (Bangkok, le 20 septembre 2020)
Des militants pro-démocratie posent devant la plaque installée près du Palais Royal pour dénoncer la toute-puissance de la monarchie (Bangkok, le 20 septembre 2020) © AFP / Jack TAYLOR

Le crime de lèse-majesté est puni de prison en Thaïlande. Cela n'empêche plus les manifestants de critiquer ouvertement le régime, le pouvoir du roi ; ils ont déposé cette semaine une plaque affirmant que la Thaïlande appartient au peuple et pas au roi.
Ils réclament aussi le départ du Premier Ministre et ont été rejoints ces derniers jours par les "Chemises Roouges", les partisans de l'ex-Premier Ministre Thaksin Shinawatra en exil.

Sous les radars également ce soir :
Le tatouage dépénalisé au Japon, la Cour Suprême donne raison à un tatoueur après cinq ans de bataille judiciaire.

Une planche de surf a dérivé d'Hawaï aux Philippines, son premier propriétaire la retrouve deux ans après.

Thèmes associés