Une loi entrée en vigueur récemment prive de leur droit de vote les prisonniers qui ont purgé leur peine mais qui n'ont pas encore payé leurs frais de justice ou leurs amendes.

La prison deTomoka à Daytona Beach en Floride (25/04/2020)
La prison deTomoka à Daytona Beach en Floride (25/04/2020) © AFP / Paul Hennessy / NurPhoto / NurPhoto

Les basketteurs LeBron James et Michael Jordan, le chanteur John Legend, le réalisateur Steven Spielberg ou encore le milliardaire Michael Bloomberg, mais aussi des entreprises comme la Warner Music, MTV ou encore Levis Strauss… : ils ont versé, ensemble, 20 millions de dollars pour payer les dettes d'anciens détenus en Floride. 

C'est le seul moyen de leur permettre de voter à l'élection présidentielle le 3 novembre prochain, car une loi est entrée en vigueur récemment en Floride : elle suspend le droit de vote des criminels, qui ont purgé leur peine de prison mais qui ont encore des amendes ou des frais de justice à régler. Pour certains, cela se chiffre en dizaines de milliers de dollars.

Cette loi pourrait priver 750 000 ex-détenus de Floride de leur droit de vote - en majorité des Noirs et des Hispaniques (qui votent plutôt démocrate en général). Or la Floride est un "swing-state", un état clef où peut se jouer toute l'issue du scrutin lors de la prochaine présidentielle.

Cette grande collecte pourrait clairement en changer le résultat !

Sous les radars également ce soir

  • Le "Jésus de Sibérie" vient d'être arrêté par les forces spéciales russes, son aura devenait trop gênante.
  • d'autres prisonniers, réquisitionnés au Brésil pour aider à combattre les incendies dans le Pantanal.
Programmation musicale
  • TIGGS DA AUTHOR
    TIGGS DA AUTHORGeorgiaLabel : JIVE/ EPIC2015
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.