Le jeune homme a été tué par une grenade lacrymogène lors des manifestations contre le pouvoir.

Des manifestants aident l'un des leurs, blessés, à Bagdad (Irak), rue Al-Rasheed, le 26 novembre 2019.
Des manifestants aident l'un des leurs, blessés, à Bagdad (Irak), rue Al-Rasheed, le 26 novembre 2019. © AFP / AHMAD AL-RUBAYE

Safaa al Sarai avait 26 ans, cet étudiant-ingénieur aimait la poésie et manifestait contre la classe dirigeante, jugée corrompue et inefficace. Il est mort, touché en pleine tête par une cartouche de gaz lacrymogène. Ses amis disent que ce n'est pas un accident. Les forces de l'ordre visent la tête des contestataires.

On recense au moins 350 morts depuis le mois d'octobre et le début des manifestations. Le mouvement s'étend d'ailleurs désormais, au-delà de la capitale Bagdad, à des villes jusqu'à présent épargnées.

Sous les radars ce soir :
Le racisme se nicherait jusque dans la nourriture, un débat enflammé anime les réseaux sociaux, les stars et les politiques aux Etats-Unis : tout a commencé par une critique acerbe de la cuisine indienne.

Madagascar a du travail pour accueillir des matchs de football internationaux, aucun de ses stades n’est aux normes dit la Fifa, dont le président vient de se rendre sur la Grande Île.

Programmation musicale
  • Susheela Raman
    Susheela RamanMayaLabel : NARADA WORLD2001
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.