Un élève aux Etats-Unis a été renvoyé de son établissement car ses dreadlocks sont trop longues selon le règlement intérieur.

Mode, signe religieux, expression politique, fierté ethnique, les dreadlocks peuvent porter de nombreux messages
Mode, signe religieux, expression politique, fierté ethnique, les dreadlocks peuvent porter de nombreux messages © Getty / Ryan Morris / EyeEm

DeAndre Arnold a été sommé de choisir, entre l'école, et sa coiffure. Le jeune homme de 18 ans, dont le père vient de Trinidad dans les Caraïbes, arbore des dreadlocks, comme beaucoup d'hommes de sa famille.  Mais elles sont trop longues, selon le règlement intérieur. Le lycée n'accepte pas des cheveux sous les épaules pour les garçons.

Les réactions dépassent le lycée et même les frontières du Texas, beaucoup crient au racisme. Deandre Arnold et sa mère refusent de couper les dreadlocks, qui sont une part de sa culture et de son identité selon eux.

Sous les radars également ce soir :
Le prix des médicaments explose en Mauritanie, le gouvernement veut sévir contre les spéculateurs,

L’Afghanistan traverse l’une des pires sécheresses des dernières décennies, les bergers et les tisserands sont les premiers à en pâtir.

Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.