Alors que l'Amérique s'apprête à élire son prochain président, Yascha Mounk, politologue à l'université de Harvard, est l'invité de Mathilde Munos.

Des supporters de Donald Trump sur Santa Monica Blvd, Beverly Hills, 3 novembre 2020
Des supporters de Donald Trump sur Santa Monica Blvd, Beverly Hills, 3 novembre 2020 © Getty / Jay L. Clendenin / Los Angeles Times

"Jusqu'à maintenant une seule chose est sure : la victoire claire et nette de Biden n'est pas encore là. Tout peut arriver, mais c'est la preuve que ce n'est pas une élection ou le pays rejette Trump de manière nette" estime le politologue.

Participation importante

Pour Yascha Mounk, beaucoup plus d'Américains sont allés voter que pour les scrutins précédents, un signe de la polarisation dans le pays : "Les Démocrates avaient l'espoir d'une forte participation des minorités noires ou latinos. Beaucoup de ces électeurs se sont bougés vers Trump, particulièrement les latinos".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les votes arrivés par voie postale seront dépouillés plus tard, jusqu'à vendredi probablement : "On peut avoir l'impression que Trump gagne, mais on va voir croitre les votes de Biden. C'est trop tôt pour savoir si cette peur [de l'élection de Trump pour les Démocrates] va se réaliser".

Arizona pour Biden

Selon Loïc Pialat, notre reporter en Arizona : "Beaucoup disent que si Biden gagne l'Arizona, il gagne l'élection, c'est vraiment le signe que l'Arizona a vraiment viré au bleu".D'après Gregory Philipps, envoyé spécial de Radio France à Washington, alors que Joe Biden s'apprête à prononcer un discours, Trump pourrait lui aussi prendre la parole rapidement, et son porte-parole Sarah Sanders s'est dite "prudemment optimiste".

Mais Yascha Mounk, lui, prédit une fracture nette du pays après cette élection : "La conclusion pour Biden de ce soir, c'est que l'Amérique n'est pas un pays très gauchiste, il faut convaincre beaucoup de gens différents, comme les latinos, de voter pour les Démocrates. Du coup cette idée que les Démocrates vont changer le pays de manière fondamentale est déjà morte ce soir. On sent la tension, qui va probablement éclater dans les grandes villes si Trump gagne".